François Fornieri enlève son chapiteau

Dans cet article
La sculpture d’Arne Quinze reste mais les grilles et le chapiteau devront être enlevés. © Elodie Ledure.
La sculpture d’Arne Quinze reste mais les grilles et le chapiteau devront être enlevés. © Elodie Ledure. - Elodie Ledure

Epris du « Natural Chaos » – une sculpture d’Arne Quinze –, François Fornieri l’a installée en 2016, à côté de l’hôtel Bocholtz, dans un élan quelque peu anarchique, sans considération pour les procédures. En effet, le propriétaire du Bocholtz a utilisé l’espace public sans introduire de demande de permis. Une infraction qui n’était pas isolée : le chapiteau permanent posé devant le bâtiment classé a lui aussi été construit sans permis de même que l’enseigne « Bocholtz Maison internationale de Liège ».

À l’époque, le conseiller Vega François Schreuer s’est ému de la situation de non-droit lors d’un conseil communal. Des procès-verbaux ont alors été dressés par André Delecour, le fonctionnaire-délégué de la Région wallonne mais le Parquet a décidé de ne pas poursuivre François Fornieri. L’action publique a perduré, ce qui a figé la situation.

Un accord vient d’être trouvé entre les divers intervenants, dont la Ville de Liège. Pour que l’action publique soit éteinte, François Fornieri, le propriétaire du Bocholtz, a accepté la proposition du fonctionnaire délégué et du Collège. Primo, en guise de réparation, l’homme d’affaires liégeois s’engage à démonter le chapiteau d’ici le 1er novembre. Deuzio, la sculpture peut rester sur l’espace public mais celui-ci doit être déprivatisé avec l’enlèvement des grilles. Tertio, l’homme d’affaires a accepté une transaction – une amende – concernant le placement illégal de l’enseigne.

Une fois l’action publique éteinte, le propriétaire du Bocholtz pourra alors régulariser la situation de l’enseigne et de la sculpture par le dépôt d’une demande de permis. Pour le chapiteau, c’est une autre affaire : s’il veut installer une structure d’accueil permanente, il va devoir requérir l’avis de la Commission des Monuments et sites dans l’élaboration de son projet, soumis également à une demande de permis. « Je respecterai les règles en retirant les tonnelles (NDLR : le chapiteau), déclare François Fornieri. C ’est dommage : nous n’ allons plus pouvoir organiser de grandes réceptions sans abîmer l’intérieur du bâtiment, poursuit l’homme d’affaires. Par la suite, j’espère trouver un compromis avec les autorités pour installer une structure d’accueil devant le bâtiment classé sinon je le revendrai. »

Arne quinze

Privatisation de l’espace public

La sculpture du célèbre artiste Arne Quinze a été installée sur l’espace public situé devant l’hôtel Bocholtz. Les grilles vont devoir être enlevées, ce qui, selon François Fornieri, va poser des problèmes de vandalisme. « Je demande au bourgmestre de trouver une solution pour protéger l’œuvre et le bâtiment », déclare le patron de la société Mithra qui remarque que les grilles étaient déjà là lorsqu’il a acheté l’hôtel Bocholtz.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous