Accueil Société

Cela s’est passé un 12 Octobre 2011: «ArcelorMittal sacrifie le cœur de Cockerill»

Une décision qui coûterait leur poste à au moins 600 personnes.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 4 min

(article paru le 13 octobre 2011)

La rumeur avait commencé à enfler durant l’après-midi, pour obtenir confirmation en début de soirée : c’est bel et bien la fermeture de la quasi-totalité de la phase à chaud de Cockerill, à Liège, que les hauts dirigeants d’ArcelorMittal sont venus annoncer. L’impact social est rude : plus de 600 emplois directs menacés, sans tenir compte de l’effet sur des centaines de sous-traitants… Parmi les outils de la phase à chaud, seul le laminoir de Chertal, déjà approvisionné par le site français de Dunkerque, échappe au couperet. Mais les deux hauts-fourneaux de Seraing (HF6) et d’Ougrée (HFB), l’agglomération ainsi que l’aciérie et les coulées continues de Chertal sont condamnés. Ils étaient du reste déjà à l’arrêt, en raison de la faiblesse de la conjoncture.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs