Servais boucle son premier cycle «Compostelle»

Dans cet article
Jean-Claude Servais dédicacera ses ouvrages à l’abbaye d’Orval.
Jean-Claude Servais dédicacera ses ouvrages à l’abbaye d’Orval. - D.R.

Comme Amélie Nothomb en septembre, Jean-Claude Servais effectue sa rentrée littéraire chaque année en octobre, et pour la 4e fois, c’est sur les chemins de Compostelle qu’il nous emmène, mais pour une fin de premier cycle. Compostelle, ça fatigue physiquement et intellectuellement !

Alors, le dessinateur gaumais va prendre une année pour d’autres ressourcements, ceux qui le ramènent au pays, dans ses forêts, entre légendes, animaux et quatre générations de femmes. Tout un programme, mais si le scénario est bouclé et cinq premières planches dessinées, il reste encore du boulot pour la finalisation de ce qui sera « Le Chalet bleu », à paraître dans la collection Aire Libre de Dupuis.

Une ambiance satanique

Mais pour l’heure, c’est Compostelle 4e, avec « Le vampire de Bretagne » qui permet de résoudre le mystère du tueur en série. Car si le patrimoine des régions de France sur les chemins de Compostelle joue plutôt la carte du beau et de la sérénité, Servais y a ajouté une épine noire sous la forme d’un tueur, le tout dans une ambiance satanique… Ce 4e tome va permettre de rassembler ses quatre personnages partis sur des routes variées vers Compostelle : Blanche, la Belge, et Alexandre le Suisse d’un côté, Céline et Angelo alias Dominique de l’autre. Ils se retrouveront en Sèvre maritime, après un passage troublant et alchimique pour les premiers, par la belle cathédrale de Chartres dont Servais livre toute la majestuosité des décors de pierre sculptée. Il faut y ajouter Tiffauges et le château de Gilles de Rais, le monde troglodyte le long de la Loire, le bio-parc de Doué-la-Fontaine, Montsoreau, Saumur et leurs vignobles, cela fait un beau parcours pour clôturer l’histoire à Chinon. Nous n’en dirons pas plus.

Comme toujours, Jean-Claude Servais a pris du plaisir à restituer les sites grandeur nature qui constituaient la trame de son récit. Il espérait (re)séduire les lecteurs français en les attirant avec leur patrimoine de rêve. Pari gagné ? « Je suis un peu déçu, avoue-t-il, mais avec une certaine philosophie. La distribution des BD est compliquée en France. Le tirage est passé de 25.000 à 22.000 exemplaires. La distribution est fort cloisonnée. Il y a les grandes surfaces et les librairies spécialisées. Mais je n’ai aucune présence et visibilité dans les librairies générales où je trouverais le plus mon lectorat. Dupuis va donc s’attacher à trouver d’autres points de chutes, comme les SI par exemple. »

Des éditions de luxe

Dédicaces. Servais dédicacera son dernier tome les 14 et 15 octobre de 14 à 18h à l’Ange Gardien à Orval. En vente aussi des posters, des tirés-à-part. Des collectionneurs servaisiens s’y retrouveront pour partager leur passion à tout ce qui touche à cet auteur, hors les livres. Infos au Club de la BD de Florenville : 061-31.10.66.

Publication. Les dernières parutions portent sur le tome 4 des Chemins de Compostelle, « Le vampire de Bretagne », en version classique ou de luxe, avec jacquette, frontispice et portfolio. Par ailleurs, Dupuis vient de publier le 2e tome de l’intégrale de « Tendre Violette » (Malmaison et L’Alsacien), le tout en noir et blanc, sur un papier ivoire spécial, avec un dossier de Dominique Billion et un portfolio d’illustrations de Tendre Violette, ainsi qu’une édition de luxe. Le 3e tome sera édité au printemps 2018 (« Les enfants de la citadelle » et « Lucye », qui n’étaient parus à l’époque qu’en version couleurs).

Agenda. L’éditeur Weyrich publie son 10e agenda Servais, consacré cette fois à Compostelle, aux lieux et personnages de la B.D, extraits des trois premiers albums du premier cycle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saison 2 de Big Little Lies, sortie récemment, est notamment disponible sur l’IPTV.

    L’IPTV, le succès alarmant de la télévision pirate

  2. Un programme conjoint de l’ONU et de l’Organisation mondiale des douanes vient d’atteindre les 300 tonnes de cocaïne saisies depuis son lancement, il y a 15 ans.

    Un expert belge de l’ONU témoigne: «Moins de 2% des containers sont contrôlés contre la drogue»

  3. Philippe Clement, qui a accepté de relever le défi brugeois, préface la saison à venir.

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Pour le Roi, le peuple est souverain

    Il ne faut évidemment pas surestimer la portée d’un discours royal. L’exercice reste convenu, le style compassé et le message très encadré. Mais à l’occasion de la Fête nationale, tous les observateurs ont noté entre les lignes que le roi Philippe a adressé un message direct aux responsables politiques du pays qui doivent « faire la synthèse (des résultats électoraux) et s’accorder sur des solutions. » Le souverain insiste : « Les défis sont...

    Lire la suite