Un vélo pour 10 ans

12’’, 14’’, 16’’, 20’’, 24’’. Un vélo d’enfant, c’est comme les vêtements, ça devient toujours trop petit. C’est inévitable. Ça va vite. Et cela coûte cher. « Un vélo pour dix ans », c’est un ingénieux système de leasing qui permet à nos jolies têtes blondes, brunes ou rousses de toujours disposer d’un vélo à leur taille, en bon état, sans ruiner leurs parents.

Dans les Ateliers de la rue Voot, une asbl bruxelloise qui encourage notamment l’utilisation du vélo depuis les années septante et leur fameuse crise pétrolière, une impressionnante flotte de vélos de récupération remis en selle. « On récupère les vélos déclassés dans les conteneurs et on les répare pour les revendre à bon prix. Dans la foulée, on apprend à leurs futurs propriétaires à les remettre en état » explique Jean-Philippe Beckers, le coordinateur des ateliers vélos.

Petit vélo ne deviendra pas grand

Si un vélo bien entretenu est fait pour durer, les vélos pour enfants ne font parfois que le temps d’une saison avant de devenir trop petits pour être enfourchés encore par leur propriétaire qui a grandi. 4 ou 5 vélos se succèderont et chaque remplacement « condamne » le vélo précédent : « Au mieux, dans une famille nombreuse, le vélo sera utilisé par les suivants ou donné à des amis ou à des cousins. Mais la plupart finissent au conteneur. On en récupérait beaucoup et on ne savait pas quoi en faire » se souvient le coordinateur.

Un vélo à ma taille

C’est ainsi que germe l’idée de proposer un abonnement pour les enfants. L’idée est simple : dès que l’enfant est en âge de rouler, il vient choisir son vélo dans la flotte des Ateliers et en change autant de fois que nécessaire, au rythme de sa croissance. « On voit souvent des enfants rouler sur des vélos qui ne sont pas adaptés. Devant la dépense que l’achat d’un vélo représente, la tentation est grande d’acheter une taille au-dessus ou de le faire durer plus que de raison. Pourtant, un vélo trop grand ou trop petit n’encourage pas l’enfant à rouler. C’est inconfortable et même parfois dangereux » poursuit-il.

Je suis cycliste et je soigne mon vélo

Les vélos proposés sont entièrement remis en état : « Pour nous, le plus important, c’est de fournir des vélos parfaitement en ordre, avec des composants de qualité, pour que l’enfant puisse rouler dans les meilleures conditions… et prenne goût au vélo. » Quand l’enfant reviendra rendre son vélo, il sera d’ailleurs invité à contribuer à sa remise en état pour le suivant. Un véritable travail de sensibilisation – un vélo, ce n’est pas un jouet et cela s’entretient – et de formation mécanique. À la fin de son abonnement, l’enfant devenu grand sera aussi devenu un cycliste chevronné et autonome.

En pratique

Le service est proposé à Bruxelles, aux Ateliers de la Rue Voot, et en Wallonie, dans les ateliers de LHeureuxCyclage.be. L’abonnement se prend dès l’âge de 2,5 ans avec des draisiennes, ces vélos sans pédale, et se poursuit jusqu’à 24 pouces. Il en coûte à peine le prix d’un vélo : 120 euros pour les abonnements en Région de Bruxelles-Capitale et 65 en Wallonie.

Pour en savoir plus :

http://1velopour10ans.be/

La Une Le fil info Partager