Après les États-Unis, Israël se retire à son tour de l’Unesco

Dans cet article

Israël a annoncé jeudi se retirer de l’Unesco comme les États-Unis à cause du parti pris anti-israélien, selon lui, de l’organisation onusienne devenue un « théâtre de l’absurde ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu « a donné pour instruction au ministère des Affaires étrangères de préparer le retrait d’Israël de l’organisation, parallèlement aux États-Unis », a dit son bureau dans un communiqué. « L’Unesco est devenue le théâtre de l’absurde où l’on déforme l’histoire au lieu de la préserver », a-t-il ajouté.

Israël avait salué l’annonce du retrait des États-Unis de l’Unesco comme le début d’une « nouvelle ère » aux Nations unies et la preuve qu’il y avait « un prix » à payer pour ses positions anti-israéliennes. « Nous entrons dans une nouvelle ère aux Nations unies : celle où, quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix », a dit dans un communiqué Danny Danon, ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies.

L’Unesco, portrait d’une des agences de l’ONU

Par Philippe de Boeck

C e site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco  ». Cette formule, tout le monde la connaît ou presque. Elle est la marque de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (« Unesco », de l’anglais « United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization »), une des nombreuses agences de l’ONU.

Membres. Créée le 16 novembre 1945, elle compte 195 Etats membres (dont la Belgique depuis le 11 novembre 1946) et 10 membres associés. Les États membres de l’Organisation des Nations Unies possèdent le droit de faire partie de l’Unesco. Les États non membres peuvent être admis comme membres sur recommandation du Conseil exécutif, par la Conférence générale votant à la majorité des deux tiers.

Budget. Près de 2.300 fonctionnaires et consultants se partagent entre le siège mondial à Paris, près de la tour Eiffel (7e arrondissement), où se trouvent les bureaux de la direction générale, et 65 bureaux et instituts disséminés dans le monde. L’éducation est le premier poste budgétaire de l’organisation (40 % des ressources). Suivent les sciences et la recherche (28 %) et la culture (15 %). Le solde se répartit entre la direction générale et les frais généraux.

En 2012, le budget de l’Unesco s’élevait à 653 millions de dollars. La part des USA s’élevait alors à 22 %.

Philosophie. A sa création, les 20 pays fondateurs ont défini les objectifs suivants : « Contribuer au maintien de la paix en resserrant, par l’éducation, la science, la culture, les sciences sociales et la communication, la collaboration entre les nations ». L’Unesco intervient dans de multiples domaines : alphabétisation, droits de l’homme, développement culturel, préservation du patrimoine mondial (matériel et immatériel), océanographie, histoire des peuples, etc.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous