Les Etats-Unis ne vont pas quitter l’accord avec l’Iran, selon le secrétaire d’Etat Rex Tillerson

Donald Trump va rendre ce vendredi à 18h45 son verdict tant attendu sur l’accord historique censé empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. Sa remise en cause, au nom de l’intérêt national et du slogan « America First », serait un nouvel accroc au multilatéralisme, après le retrait des États-Unis de l’accord sur le climat ou de l’Unesco.

Selon le secrétaire d’Etat, Rex Tillerson, le président américain annoncera la « non-certification » des engagements de l’Iran dans le cadre de l’accord sur son programme nucléaire. Une loi américaine oblige en effet le président à « certifier », ou non, devant le Congrès, tous les 90 jours, que Téhéran respecte l’accord et que ce dernier est conforme à l’intérêt national des États-Unis.

« Le président va décertifier »

«  Notre intention est de rester dans la JCPOA (acronyme de ce texte) mais le président va décertifier », a indiqué M. Tillerson. «  Nous ne demandons pas au Congrès de réimposer des sanctions car cela reviendrait de facto à quitter l’accord », a-t-il expliqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous