Donald Trump refuse de certifier l’accord sur le nucléaire iranien

Dans cet article
©AFP
©AFP

Donald Trump a rendu ce vendredi soir son verdict tant attendu sur l’accord historique censé empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. Sa remise en cause, au nom de l’intérêt national et du slogan « America First », serait un nouvel accroc au multilatéralisme, après le retrait des États-Unis de l’accord sur le climat ou de l’Unesco.

Dans son discours, le président américain a dénoncé le comportement de la «  dictature iranienne » au Proche-Orient. Il estime que l’Iran est l’un des principaux «  soutiens au terrorisme » dans le monde et que l’accord sur le nucléaire iranien est «  l’un des pires » qui soit. Il a également martelé que l’Iran ne respecte pas «  l’esprit » de l’accord sur le nucléaire et annonce des «  sanctions dures » contre les Gardiens de la révolution (armée iranienne, ndlr).

« L’accord pourrait être résilié »

Finalement, Donald Trump annonce donc qu’il ne certifiera pas l’accord sur le nucléaire iranien. Une loi américaine oblige en effet le président à « certifier », ou non, devant le Congrès, tous les 90 jours, que Téhéran respecte l’accord et que ce dernier est conforme à l’intérêt national des États-Unis.

Donald Trump a précisé qu’il pouvait mettre fin à tout moment à cet accord. «  Toutefois, dans l’éventualité où nous ne serions pas capables de trouver une solution en travaillant avec le Congrès et nos alliés, alors l’accord prendrait fin. Il est sous examen permanent et notre participation peut être annulée par moi, en tant que président, à tout moment », a-t-il déclaré à la Maison Blanche.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous