Charles Michel au «Soir»: «La crise catalane met l’Europe à l’épreuve»

© Bruno Dalimonte - Le Soir
© Bruno Dalimonte - Le Soir

Jeudi et vendredi prochains, les chefs d’État ou de gouvernement de l’Union européenne se réuniront. Ils doivent décider d’une méthode et d’un calendrier pour relancer le projet européen. La crise catalane sera également à l’agenda. Une crise « qui met l’Europe à l’épreuve, analyse Charles Michel. Car c’est une crise institutionnelle et politique dans un pays qui met en jeu des questions fondamentales, l’expression d’un vote, des opinions, l’usage de la force… ». Pour la résoudre, le Premier ministre compte sur « le démarrage d’un dialogue hispano-catalan. Ce n’est que si on constatait un échec définitif qu’il faudrait poser la question d’une médiation internationale ou européenne. »

Concernant la relance du projet européen, Charles Michel revendique une démarche volontariste et rappelle qu’il a été « le premier à plaider pour l’Europe différenciée, c’est-à-dire pour l’unité si c’est possible, mais pas au prix du statu quo. » Il plaide également pour la mise en place au niveau européen d’une méthode de gestion « en parallèle » des différents dossiers, « afin de pouvoir conclure des accords politiques globaux, en faisant des arbitrages. »

► Charles Michel partage sa vision de l’avenir de l’Europe: à lire sur Le Soir+

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Union Européenne
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite