Accueil Belgique Politique

Charles Michel au «Soir»: «La crise catalane met l’Europe à l’épreuve»

Le Premier ministre veut que la Belgique soit dans le « cockpit » de l’Europe. Et il revendique sa complicité générationnelle avec les Macron, Bettel, avec lesquels il force une démarche plus volontariste pour relancer le projet européen.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 6 min

Jeudi et vendredi prochain, les chefs d’État ou de gouvernement de l’UE se réunissent pour leur Conseil européen d’automne. Ils doivent décider d’une méthode et d’un calendrier pour entamer concrètement un processus de relance du projet européen. Et ils doivent statuer, à 27, de leur attitude dans la négociation du Brexit totalement enlisée. Tout cela sur fond de la crise catalane, dont les leaders européens parlent peu publiquement, mais beaucoup plus entre eux. Le Premier ministre a reçu Le Soir et De Standaard pour exposer ses vues sur les sujets européens, dans lesquels Charles Michel affiche l’ambition toujours plus assumée de jouer un rôle de premier plan.

Vous avez dit récemment que vous souhaitez que la Belgique soit dans le « cockpit » européen. Cela se traduit comment ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, samedi 14 octobre 2017, 14:09

    Paul Verkaeren. Votre homme politique peut toujours se recycler, comme ventilateur, il ferait merveille !Il arrive un temps où il devient urgent d'ouvrir les yeux !

  • Posté par Reginster Jean-luc , dimanche 15 octobre 2017, 9:58

    Comme argumentaire, connaissez-vous autre chose que l'invective ou l'insulte? Il faut reconnaître que Charles Michel ne s'en sort franchement pas trop mal même s'il était permis d'avoir des doutes au départ. Et il a le mérite d'élever le débat: qui n'entreprend rien n'aura en tous les cas aucune chance de réussir.

  • Posté par Paul Verkaeren, samedi 14 octobre 2017, 13:27

    bon interview, d'un homme politique qui défend des idées fédératrices. Comme on est loin des discours criards et obscurs de nos politicards communautaires et régionalistes. Merci, Monsieur le premier ministre, de nous rappeler que notre pays existe encore !

  • Posté par Bernard Dropsy, samedi 14 octobre 2017, 11:48

    Aussitôt que Macron n'en aura plus besoin, pfuit, plus personne ! Que d'illusions. Macron ne va pas s'embarrasser d'un poids mort. Quand les avions seront vendus, adios Charlot ! Il devrait pourtant être habitué avec le fûhrer d'Anvers !

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs