Un ministre allemand provoque un tollé en évoquant un jour férié musulman

Un ministre allemand provoque un tollé en évoquant un jour férié musulman

Le ministre de l’Intérieur allemand, un proche d’Angela Merkel, a provoqué un débat samedi, et un tollé dans son camp conservateur, après s’être interrogé sur la pertinence d’un jour férié musulman dans le pays.

«Notre héritage chrétien n’est pas négociable», s’est emporté Alexander Dobrindt, un poids lourds de ce parti dans le quotiden populaire Bild. «Introduire un jour férié de l’Islam en Allemagne, pas question», a-t-il ajouté.

« Aucune raison convaincante »

«Je ne vois pas de raison convaincante» d’instituer un tel jour férié, l’Allemagne étant de tradition religieuse judéo-chrétienne et non musulmane, a déclaré dans le même journal un membre de l’Union chrétien-démocrate (CDU).

Dans certains endroits du pays, «là où vivent beaucoup de Musulmans, pourquoi ne pas réfléchir également à un jour férié musulman», avait déclaré Thomas de Maizière lors d’un meeting de campagne en Basse-Saxe, où se tiennent dimanche des élections régionales qui s’annoncent très serrées entre les conservateurs et le parti social-démocrate (SPD).

Le candidat local de la CDU avait immédiatement fait savoir qu’il ne partageait en aucun cas pas l’avis du ministre.

Une discussion par région ?

M. de Maizière a souligné que «nos jours fériés sont marqués par la religion chrétienne et que cela doit à son avis rester ainsi», tout en se déclarant «prêt à discuter de jours fériés musulmans dans certaines régions», a expliqué une porte-parole du ministère de l’Intérieur, interrogée par l’AFP.

Le président du parti social-démocrate Martin Schulz a lui réagi de façon positive: «Il faut réfléchir à la proposition», a-t-il déclaré samedi auprès de l’agence allemande DPA, s’étonnant qu’elle vienne justement du ministre de l’Intérieur, connu pour avoir «de ce point de vue peu d’imagination».

En amont des élections législatives du 24 septembre, Thomas de Maizière avait notamment prôné le respect par les immigrés d’une «culture de référence» («Leitkultur»), terme employé par les extrémistes de droite.

L’Allemagne a vécu un choc lors de ce scrutin, marqué par la percée du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), qui a mené une campagne anti-islam et anti-Merkel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A l’instar de ses confrères, le Champion s’est adapté à la nouvelle donne sanitaire.

    Par Marc Roche

    Europe

    Les pubs anglais, victimes collatérales du coronavirus

  • L’assemblée générale sera très différente des précédentes
: l’essentiel des déclarations se fera par vidéo.

    Les 75 ans de l'ONU, c'est «le verre à moitié vide ou à moitié plein»

  • Dimanche, plusieurs dizaines de milliers de personnes vêtues de rouge et blanc se sont retrouvées à Minsk, rituel dominical depuis le début de la contestation contre la réélection le 9 août du président Alexandre Loukachenko.

    Par Benjamin Quenelle

    Europe

    Biélorussie: manifs à Minsk, plan B à Moscou

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous