«Galanterie, grivoiserie, goujaterie»: Isabelle Adjani dénonce le milieu «sournois» du cinéma français

«Galanterie, grivoiserie, goujaterie»: Isabelle Adjani dénonce le milieu «sournois» du cinéma français

L’Académie américaine du cinéma, qui remet notamment les prestigieux Oscars, a décidé d’exclure de son sein le producteur déchu Harvey Weinstein, accusé de harcèlement, agression ou viol par une trentaine de femmes. Ce dimanche, l’actrice Isabelle Adjani pousse un coup de colère dans les colonnes du JDD. « Pour la plupart des gens, si une actrice doit coucher pour y arriver, ça reste naturel, voire normal, selon l’idée qu’il faut bien donner un de soi quand on veut obtenir beaucoup  », dénonce-t-elle.

Et de s’indigner sur ce qu’elle appelle les « Trois G ». « En France, c’est autrement sournois. En France, il y a les trois G : galanterie, grivoiserie, goujaterie. Glisser de l’une à l’autre jusqu’à la violence en prétextant le jeu de la séduction est une des armes de l’arsenal de défense des prédateurs et des harceleurs.»

Elle poursuit : « Dans les maisons de production ou chez les décideurs, j’ai souvent entendu : 'Toutes des salopes, toutes des putes de toute façon, ces actrices!' Mais ce n’est pas un jeu et il est grand temps de rappeler que dans libertinage il y a liberté et que quand une femme dit non, elle dit non, que son corps lui appartient et qu’elle seule est libre d’en disposer. Quand une actrice se fait séduisante pour décrocher un rôle, ce n’est pas pour se faire violer! »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous