Accueil Opinions Éditos

Élections en Autriche: l’«Orbanisation» des esprits n’est pas une fatalité

L’Autriche bascule à son tour vers les idées de la droite dure, si pas extrême.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Et voilà l’Autriche qui confirme à son tour le basculement du poids politique européen vers les idées de la droite dure, si pas extrême. Ce que l’on appellera l’« Orbanisation » des esprits est bien à l’œuvre. Le positionnement du Premier ministre hongrois sur les questions identitaires et de migration est devenu une sorte de martingale à faire des voix.

Les scrutins récents en Europe ont ainsi montré la force ascendante des Le Pen et autres Wilders, de l’AfD en Allemagne, poussant nombre de partis de droite dite « classique » à durcir le ton dans l’espoir de ne pas être évincés. Aujourd’hui, à Vienne, le fait marquant politiquement n’est ainsi pas la jeunesse (réelle) du vainqueur, mais le fait que Sebastian Kurz ait emporté le scrutin en faisant de son parti, l’ÖVP, un « copié-collé » de son concurrent d’extrême droite, le FPÖ.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs