«L’arôme équitable et écoresponsable fait partie de notre ADN»

Dans cet article
Pierre-Yves Orban et Maxence Lacroix se sont rencontrés chez les scouts. La moustache est devenue leur emblème d’un café à la fois équitable et de qualité. © D. R.
Pierre-Yves Orban et Maxence Lacroix se sont rencontrés chez les scouts. La moustache est devenue leur emblème d’un café à la fois équitable et de qualité. © D. R. - D. R.

Son café préféré est pour l’instant celui qui vient de la Sierra Maestra, une chaîne montagneuse de Cuba. Il apprécie surtout ses notes de cacao, de noisette et de nougat. Une petite tasse de « Papillon bleu », de Guadeloupe, un café d’exception aux notes de pralines, n’est pas pour lui déplaire non plus. En fait, il commence tout doucement à apprécier les différentes saveurs au point de boire aujourd’hui trois ou quatre tasses de café par jour alors qu’il s’en contentait jusque-là d’une seule.

Le Jodoignois Pierre-Yves Orban se destinait à l’informatique, mais, à 27 ans, il n’aura pas résisté longtemps à l’appel de son ami Maxence Lacroix, de Mettet, 27 ans également, sorti de Solvay, pour lancer la société Javry, un nom qui vient de la fusion entre « Java » et « delivery » pour la livraison de cafés. Avec la moustache pour emblème, celle qui se forme lorsque la mousse du café que l’on déguste se pose au-dessus des lèvres.

« Nous nous sommes rencontrés chez les scouts, entre Malèves et Jodoigne, nous explique Pierre-Yves Orban. Puis nous avons travaillé ensemble comme étudiants dans une agence web. On devait fatalement se retrouver dans un projet commun. Javry a été imaginé par Vicenzo Rugiero, mais il n’a pas voulu continuer. Maxence m’a demandé de faire le pas. On travaille comme des fous, de 6 h 30 à 20 h 30, mais c’est motivant de lancer sa boîte et de voir que l’on répond à une demande. »

Les sociétés et les particuliers ont d’ailleurs aidé au lancement de la jeune société, à la suite d’un financement participatif qui a permis aux deux associés de récolter plus de 10.000 euros.

« L’arôme équitable et écoresponsable fait partie de notre ADN, poursuit le Jodoignois, dont la société est installée dans la capitale. C’est une philosophie qui est recherchée par nos clients, désireux de pouvoir disposer de cafés de qualité, mais grâce auxquels chacun peut vivre de son travail. »

Javry a débuté ses activités en proposant aux particuliers une formule qui leur permet de découvrir à chaque livraison un nouveau café, en grains. Toujours de l’arabica, en paquet de 250 grammes. De quoi découvrir différents arômes avant de faire éventuellement une commande plus importante. Depuis, des cafés d’exception sont également proposés, mais à des prix nettement plus élevés.

Pour les sociétés, Javry s’est spécialisée dans la location de machines à café suisses, de la marque Jura, avec moulin intégré.

« On préserve ainsi l’arôme jusqu’au dernier moment, sourit Pierre-Yves Orban. D’autant que nous faisons appel à Miguël Arnould, de la société Cafermi, à Bièvres, qui privilégie une torréfaction lente, à basse température. ce qui permet de chauffer le grain sans le brûler. De quoi sublimer les senteurs. »

Un « Panic Button » a été activé pour les sociétés qui découvriraient subitement qu’elles ne disposent plus de café. Javry s’engage ainsi à les livrer dans les quatre heures à Bruxelles. Et, dans sa démarche écoresponsable, Javry lance à présent la capsule 100 % biodégradable (voir ci-contre). Pierre-Yves est donc, avec Maxence, prêt à concurrencer Georges sur son terrain. Adamo va devoir revoir sa chanson : « Mais qu’est-ce qu’il a ce Pierre-Yves ? »

Des capsules biodégradables

Par Jean-Philippe de Vogelaere

Après une semaine dans un compost, une capsule présente déjà quelques champignons. Trois semaines plus tard, elle se décompose en plusieurs fragments, de plus en plus fins jusqu’à devenir inexistants.

La capsule biodégradable, compatible Nespresso, existe. Celle qu’utilise Javry vient de la société française Capsul-in. Elle se présente comme une alternative écologique. « La société tient à garder son secret de fabrication secret, nous explique Pierre-Yves Orban. On sait juste qu’elle est faite à base d’amidon de maïs. »

Pour l’instant, Javry ne propose qu’un café qualitatif, 100 % Arabica et responsable, à savoir le café Chorti produit par une coopérative belge et guatémaltèque où tous les acteurs, des producteurs aux distributeurs, travaillent ensemble afin de fournir un café délicieux et équitable : « Notre prochaine étape sera évidemment d’encapsuler des cafés provenant d’autres coopérateurs et producteurs. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite