Accueil Culture

«Ces actrices dont on se moque parce qu’elles posent au bras de leur bourreau»

Une carte blanche du cinéaste Joachim Lafosse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Et j'entends, j'entends et j’observe et je pense à mon film Élève libre (sorti en 2008), à ce risque du lien pervers. A cette possibilité de l’emprise. Et je vois ces actrices dont on se moque parce qu'elles posent au bras de leur bourreau. Et je sais qu’il faut du courage pour se faire entendre. Il semble donc qu’on découvre, la libido débordante du pouvoir !

Et la question vient : Weinstein ne serait-il pas qu'un symptôme ? Et si c'était aussi un déguisement. La scène cache-sexe d'un rapport entre la finance et notre art. Il est dans notre profession, tout à coup, question du pouvoir, de sa possible jouissance, de son possible refus des limites ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs