Accueil Économie Mobilité

Les voitures de société coûtent à l’Etat... un demi-RER par an

Faute de chiffres officiels fiables, il est difficile d’y voir clair dans le système belge des voitures de société. Mais on sait qu’il cause un manque à gagner fiscal considérable pour l’Etat. Avec le même budget, la Belgique pourrait « se payer » un RER tous les deux ans.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Combien de voitures de société en Belgique ? Étonnamment, il est toujours impossible de répondre exactement à cette question. « C’est plus que singulier, indique Xavier May, chercheur à l’ULB. Personne ne sait combien il y en a, ni quelles sont ces voitures ni à quoi servent les kilomètres qu’elles parcourent. » Il est possible cependant d’évaluer le parc de voitures de société à partir de divers indices. Cela permet également d’évaluer l’impact budgétaire de la politique d’avantage à la voiture de société. Un peu plus de 2 milliards d’euros par an. Un manque à gagner équivalant à la moitié du coût du RER, traduit May.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

27 Commentaires

  • Posté par jean louis ropers, mercredi 18 octobre 2017, 21:08

    il y a bien le système cash for cars ! ce système ne tiendra jamais, il est trop injuste et trop de failles dans mon cas, j ai trouvé comment faire pour avoir 1500 EUR net en plus par mois avec un brut add à 1700 et un couts société de 1800 EUR grace au renoncement à ma voiture et ca advitaem ? je vais le faire vous imaginez vos 1700 EUR marginaux taxés à 10% , la bonne affaire ! bon j ai rien dit

  • Posté par Schepmans Jean Louis, mercredi 18 octobre 2017, 17:48

    Le pigeon, c'est l'ouvrier de base qui n'a rien de tout cela, qui doit être content de toucher au moins son barème légal et qui est bourré de contrainte en terme de production. Et qui doit, lui, produire encore plus pour payer les avantages en nature des autres. Et qui en plus paie plus d'impots, comparativement, que les mieux nantis. Faîtes le tours des sociétés, il y a plus de gens qui réfléchissent à comment travailler et surveiller que des gens qui "produisent" et pour qui ces gens n'ont même pas la reconnaissance du ventre. Maintenant si vous voulez vraiment être gagnant, faîtes vos déplacements en moto/scoot. lol

  • Posté par Parmentier Luc, mercredi 18 octobre 2017, 16:19

    si un salarié du privé reçoit 1 voiture de société + primes de rentabilité+PC+internet+assurance-groupe+chèque-repas +..., au bout du mois ces avantages ne représentent-ils pas au moins 900 € ....voire 1000...en 40 ans de carrière , plus de 400000 €.....= 1 appartement 3 chambres minimum.....à 3 % de rentabilité = 12000/an minimum= 1000 € minimum/mois de supplément de pension ....pas mal par rapport à 1 citoyen ordinaire qui n'a aucun de ces avantages-là pendant sa carrière .....non peut-être .....?????

  • Posté par Hans José, mercredi 18 octobre 2017, 16:07

    A la direction du Soir : je crois que le journaliste qui a écrit l'article aimerait bien avoir une voiture de société plutôt qu'une augmentation de salaire équivalente dont il ne lui restera pratiquement rien en poche.

  • Posté par Santopinto Manfredo, mercredi 18 octobre 2017, 16:02

    Ce calcul à deux balles, dans le pays le plus taxé au monde, a de quoi faire pleurer. La voiture de société est une réaction à des taux d'imposition qui relèvent de la spoliation pure et dure. Si l'Etat belge (fédéral, régional...) était moins vorace (et dépensier), la voiture de société pourrait se convertir en argent avantageusement. Et combien rapporte à l'état la différence entre le taux d'imposition qu'il pratique et le taux moyen en Europe???

Plus de commentaires

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs