Noir Jaune Blues, et après? Le carnet de route de la première étape à Braine-le-Comte

Braine-le-Comte est la première étape de «
Noir Jaune Blues, et après
?
». Daniel Couvreur, journaliste du «Soir», y a pris ses quartiers pour ces prochains jours.
Braine-le-Comte est la première étape de « Noir Jaune Blues, et après ? ». Daniel Couvreur, journaliste du «Soir», y a pris ses quartiers pour ces prochains jours.

En janvier 2017, 20 ans après une première étude sur l’état de la société belge, « Le Soir » publiait, avec la RTBF, une étude, « Noir Jaune Blues, 20 ans après », commanditée par la Fondation « Ceci n’est pas une Crise ». Celle-ci dresse du Belge le portrait d’un citoyen qui ne croit plus aux institutions et rejette l’autre. Quelques exemples parmi d’autres des enseignements de l’enquête : sur les 4.700 personnes interrogées, à peine 32% pensaient que « le système démocratique fonctionne plutôt bien », 77% estimaient qu’ « on ne se sent plus chez soi comme avant », 80% que « les politiques ont laissé la finance prendre le pouvoir », et 21% avaient confiance dans la presse (contre 42% vingt ans plus tôt).

Face à ces constats, la RTBF et Le Soir ont décidé de relever un défi à la fois tout simple et pourtant bien plus compliqué qu’il n’y paraît : écouter les citoyens et leur donner la parole. Les deux rédactions tentent l’expérience de l’immersion : des journalistes vont passer cinq jours (et nuits) dans quinze villes ou villages, à Bruxelles et en Wallonie, à la rencontre des citoyens. Sur leur lieu de vie, de travail, de loisir. Objectif : les écouter, les comprendre, partager leurs préoccupations et leurs craintes, mais aussi leurs envies et leurs projets. Sans misérabilisme et sans naïveté. Sans éluder les dossiers qui fâchent, mais en mettant aussi en évidence les espoirs, les initiatives, les pistes, petites ou grandes, pour réinventer notre société. Le tout en prenant le temps du dialogue.

Première étape de cette immersion : Braine-le-Comte, commune wallonne située dans le Hainaut, où Daniel Couvreur, journaliste du « Soir » a pris ses quartiers pour ces prochains jours. Retrouvez, ci-dessous, le carnet de route de ses rencontres.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite