Un de Clippele peut en cacher un autre

Dominique Dufourny aura sur sa liste Louis de Clippele alors qu’Olivier de Clippele ira sur celle d’Alain Courtois à la Ville de Bruxelles. © D.R.
Dominique Dufourny aura sur sa liste Louis de Clippele alors qu’Olivier de Clippele ira sur celle d’Alain Courtois à la Ville de Bruxelles. © D.R. - D.R.

Comment se débarrasser d’un ami devenu encombrant tout en servant les intérêts de son parti ? Telle pourrait être la question à laquelle a répondu la bourgmestre d’Ixelles, Dominique Dufourny (MR). Les libéraux ixellois disposent de nombreuses personnalités pourvoyeuses de voix : la bourgmestre, Viviane Teitelbaum également députée régionale, Gauthier Calomne (député fédéral), Assita Kanko et Alain Destexhe (lire ci-contre). Et puis, il y avait le dissident, celui qui n’a pas voulu rentrer dans le rang en 2012 mais qui n’a pourtant jamais perdu sa carte du MR : Olivier de Clippele. L’ancien échevin et député bruxellois avait préféré faire sa propre liste lors des dernières communales mais cette situation a embarrassé tout le monde. Alors, pour les suivantes, il a décidé de répondre aux appels du pied de son confrère Alain Courtois et de déménager quelques mètres plus bas sur le territoire de la Ville de Bruxelles.

« Cela apaise les relations et cela sera plus facile dans l’équipe », reconnaît Dominique Dufourny, bien décidé à briguer un nouveau mandat mayoral. « Cela faisait longtemps qu’on me demandait de venir à la Ville de Bruxelles, confie Olivier de Clippele. J’ai toujours été très actif dans le quartier des Marolles. J’y suis allé à l’école, j’y travaille et je m’y investis. »

A la Ville, cette campagne 2018 devrait être également la dernière de la tête de liste et premier échevin, Alain Courtois. Olivier de Clippele, plus jeune, pourrait également incarner l’avenir de la section, certains jugeant Marion Lemesre et Geoffroy Coomans dans l’incapacité de jouer ce rôle. « On ne me l’a en tout cas pas présenté ainsi, sourit Olivier de Clippele. Une chose est certaine pour moi. Avec le décumul, je préfère choisir la Région à un poste échevinal. » Une recrue parfaite pour la section puisque le notaire amènera des voix sans mettre en péril les postes de ses petits camarades.

Et à Ixelles…

Olivier de Clippele répond à une demande de son parti et en profite pour en formuler une autre. Il sera remplacé à Ixelles par son fils Louis. A 27 ans, cet agent immobilier a décidé de se lancer en politique. « Nous avons une tradition familiale, raconte-t-il. Sur son lit de mort, mon arrière-grand-père a dit à mon grand-père de ne pas faire de politique et il en a fait. Cela a toujours été le sujet numéro 1 à la maison mais par contre, j’ai toujours été libre de mes choix. J’aurais pu aller dans un autre parti mais c’est en la famille libérale que je me retrouve. Je défends la liberté et la prise de responsabilité des gens. Je crois qu’ils sont plus matures qu’on ne le pense généralement. »

« Il se débrouille bien pour sa première conférence, lance fièrement Olivier de Clippele. Je ne le décourage pas à faire de la politique car je pense que cela ouvre l’esprit. Et puis on doit s’occuper de politique car sinon elle s’occupera de nous. »

Louis de Clippele sait qu’il va devoir se faire un prénom. Quant à sa carrière, il verra après les communales. Et à Ixelles, sa chance est d’être un homme. « Nous en manquons, sourit Dominique Dufourny. Nous sommes 7 échevines au collège ixellois. Il nous faut des hommes pour avoir notre tiers de membres de l’autre sexe. »

Que va faire Alain Destexhe?

Par Vanessa Lhuillier

C’est la question à un million d’euros. Déjà avant l’affaire de son ASBL liée à l’Ouzbékistan, la section ixelloise ne cachait pas son envie d’exclure Alain Destexhe. Il faut dire que depuis son élection comme conseiller communal en 2012, il a plutôt brillé par son absence. Même sur la photo de groupe, il n’était pas là, forçant le graphiste à réaliser un montage assez grossier.

Tous les six ans, Alain Destexhe est habitué aux déménagements. La Ville de Bruxelles, Auderghem et Ixelles l’ont vu passé. Il aurait aussi aimé poser ses valises à Watermael-Boitsfort mais sans succès.

Alors aujourd’hui, au MR bruxellois, on commence à lui faire passer le message : « Alain, pour les communales, ça serait bien que tu ne t’investisses pas… » A voir s’il l’aura bien reçu oui si, comme d’habitude, il n’en fera qu’à sa tête.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous