Accueil

Barrière visuelle

Temps de lecture: 1 min

Des tours de bureaux et de logements au Left Side business park, dans le quartier de l’Ouest en bordure du ring (NDLR : d’une hauteur de 10 à 12 étages). Les River Towers au sud-est. Et entre les deux dans la couronne intérieure, de nouveaux bâtiments de gros gabarit, à vocation administrative et industrielle. Derrière l’ancien hôtel des chemins de fer de Charleroi, Infrabel construit deux infrastructures sur 8.000 et 6.400 mètres carrés appelées à accueillir entre 600 et 700 travailleurs. Sur l’emplacement de l’ancien centre de tri postal, il est prévu d’édifier d’autres buildings de bureaux. Et c’est là que le bât blesse : leur présence risque de renforcer la barrière visuelle que constitue le ring, en recréant derrière une sorte de seconde barrière. Comme si le centre-ville voulait se protéger des quartiers voisins de la villette à Marcinelle, qui n’auront plus aucune perspective. Et vice versa. Un repli du centre-ville sur lui-même ? Cette vision de l’aménagement urbain agite le landerneau. Mais il ne subsiste pas d’autre réserve foncière pour créer de nouveaux bureaux dans l’intra-ring, si ce n’est aux expos, sur les actuels parkings.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une