Ciel couvert pour les panneaux photovoltaïques bruxellois

Dans cet article
Vingt millions sont prévus pour équiper près de 85.000 m
2
 de toitures publiques de panneaux photovoltaïques à l’horizon 2020. © Pierre-Yves Thienpont.
Vingt millions sont prévus pour équiper près de 85.000 m 2 de toitures publiques de panneaux photovoltaïques à l’horizon 2020. © Pierre-Yves Thienpont.

Les Bruxellois sont-ils fâchés avec les panneaux solaires ? Alors que 40 % d’entre eux ont un jour envisagé de placer des panneaux photovoltaïques sur leur chère maison, ils sont très peu à l’avoir fait. La plupart estiment l’installation trop coûteuse avec un amortissement sur un laps de temps trop important pour passer le cap. Pourtant, Bruxelles Environnement estime qu’il est tout à fait possible de mieux rentabiliser les surfaces de toitures de la capitale et a décidé d’encourager le placement de panneaux grâce à une meilleure promotion des aides que la Région distribue.

Bruxelles Environnement a ainsi commandé une étude à Dedicated Research. La société a interrogé par téléphone 620 propriétaires. Il en ressort que les Bruxellois ne connaissent pas le coût moyen d’une installation. Elle est de 5.000 euros pour environ 20m² de panneaux d’une puissance installée de 2,6 kWc.

Ceux qui en ont mis, trouvent que dans 75 % des cas, les travaux se sont déroulés sans difficulté et que l’investissement a été remboursé rapidement. C’est le cas de Maxime de Viron, propriétaire bruxellois de panneaux solaires. « Pour moins de 5.000 euros, j’ai équipé ma maison avec une installation photovoltaïque de 3,4 kWc. Je désirais réaliser des économies d’énergie et réduire mon impact sur la planète. C’était facile de trouver un installateur et il a fait du bon travail. Mes panneaux seront remboursés en 7 ans. » Une réalité méconnue des Bruxellois car ils sont 15 % à penser qu’une installation dépasse les 8.000 euros.

Selon la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG), l’électricité solaire a représenté en 2016 17 % de l’équivalent de la consommation des logements belges. En 2016 à Bruxelles, on a dénombré 3549 installations photovoltaïques pour une production annuelle de 57.149 kW. Cela fait trois ans que l’électricité verte produite dépasse les 40.000 MWh soit une production 8 fois plus grande qu’il y a 5 ans. Pourtant, à Bruxelles en 2016, le taux moyen d’installation photovoltaïque est de 47 Wc par habitant selon l’Observatoire du photovoltaïque de l’Apere contre 254 Wc en Wallonie et 377 en Flandre.

Toutefois, la Région s’est engagée à atteindre l’objectif de 91 GWh produit en 2020. Il faut donc indéniablement booster les installations.

Rappeler les aides

Pour cela, Bruxelles Environnement lance une campagne de communication afin de rappeler aux Bruxellois qu’ils peuvent bénéficier des primes pour changer leur installation électrique ou encore faire appel au prêt vert qui dispose d’un taux réduit entre 0 et 2 %.

Mais il faut également réfléchir à une amélioration du système notamment pour les copropriétés puisque Bruxelles, en tant que centre urbain, a la particularité de compter beaucoup d’immeubles et surtout près de 60 % de locataires.

Pour les copropriétés, Bruxelles Environnement vient de terminer la rédaction de contrats types afin de clarifier les relations entre les copropriétaires. Par contre, l’administration régionale se trouve fort dépourvue devant le peu d’intérêt que montrent les propriétaires qui louent leur bien. Ils sont peu nombreux à vouloir effectuer ce type d’investissement puisqu’ils n’en profitent pas et ceux qui le font augmentent considérablement le montant du loyer.

En attendant que les particuliers s’y mettent, ce sont les pouvoirs publics qui montrent l’exemple. Plusieurs communes comme Woluwe-St-Pierre ou Schaerbeek placent des panneaux sur les toits de leurs bâtiments publics ou sur les écoles, les toitures plates captant de nombreux rayons du soleil.

7

C’est en années, le temps d’amortissement nécessaire pour une installation de 20 m². Celle-ci coûtera en moyenne 5.000 euros. Si la personne qui bénéficie des certificats verts est aussi celle qui paie la facture d’électricité, l’installation de panneaux photovoltaïques devient rentable en sept ans. Pour les propriétaires qui louent leur logement, la durée s’allonge d’autant qu’il est souvent complexe de demander aux locataires de faire les démarches nécessaires à l’obtention des certificats puisqu’ils n’en bénéficieront pas directement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite