Accueil Monde Afrique

Le calvaire du Burundi à travers celui d’un journaliste

Esdras Ndikumana était le correspondant respecté de médias français au Burundi. Il a pourtant été battu et torturé, en toute impunité. Il témoigne.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

C’était le 2 août 2015. Esdras Ndikumana, journaliste burundais travaillant depuis 16 ans pour l’Agence France Presse (AFP) et Radio France International (RFI), apprend que le général Adolphe Nshimirimana, le nº2 du pouvoir burundais, très proche du président Nkurunziza, a été tué dans un attentat au cœur même de la capitale burundaise. Il décide de se rendre sur les lieux, après avoir cependant attendu que la tension retombe.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs