Accueil Opinions Éditos

L’inquiétude derrière la solidarité de l’UE avec Madrid

Si l’Union européenne est priée de ne pas se mêler à la crise catalane pour respecter la souveraineté de l’Espagne, les politiques européens n’en sont pas moins inquiets.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

La crise catalane est une affaire interne espagnole et l’Union européenne n’a pas à s’en mêler. Tel est le message officiel, répété par les dirigeants des trois institutions de l’UE et soutenu par les chefs d’État ou de gouvernement lors de leurs diverses interventions en marge du Conseil européen cette semaine. Ce message institutionnel reflète une réalité juridique et politique de l’UE, qui est une union d’États souverains. Et c’est très précisément le message que le Premier ministre Mariano Rajoy a demandé à l’UE de marteler, surtout à l’approche de ce samedi où il activera peut-être le fameux article 155 qui permet la suspension de l’autonomie régionale catalane.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par VERSFIO Maréchal, dimanche 22 octobre 2017, 12:44

    S'il y a bien UNE chose à laquelle nous devrions être " INQUIETS " c'est au manque de solidarité de certaines Régions Riches Nationalistes qui veulent se désolidariser de l' entité Nationale dans laquelle ils ont obtenu démocratiquement cette fois une autonomie qui ne les satisfait plus ! C' est uniquement là que doit résider Votre INQUIÉTUDE.

  • Posté par Serge Vandeput, dimanche 22 octobre 2017, 11:05

    Si des millions de gens désirent l'indépendance, rien ne les arrêtera.

  • Posté par Van Steen Willy, dimanche 22 octobre 2017, 8:53

    Se diviser, se morceler! C'est d'abord un risque de guerre (comme toute poussée nationaliste) et ensuite le chaos!

Aussi en Éditos

Édito Vie privée: le prix de la confiance

Le secrétaire d’Etat Mathieu Michel a ficelé la première étape de la révision de la loi « vie privée ». Il offre au Parlement une ultime chance de ne pas laisser la Belgique apparaître parmi les maillons faibles de la protection des données en Europe.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs