France: huit membres de l’ultradroite soupçonnés de projeter des attentats mis en examen

© AFP
© AFP

Les huit jeunes hommes présentés à un juge samedi en France, dans le cadre de l’enquête sur le groupe «OAS» qui aurait envisagé des attentats visant notamment des hommes politiques et des mosquées, ont été mis en examen dans la soirée, pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle», a indiqué le parquet de Paris.

Six des huit jeunes, âgés de 17 à 29 ans, ont été placés en détention provisoire et un septième a été incarcéré provisoirement dans l’attente d’un débat sur sa détention. Un mineur a par ailleurs été placé sous contrôle judiciaire.

Des projets aux contours imprécis

Dix personnes avaient été interpellées lors d’un coup de filet des services antiterroristes la semaine dernière, dont deux ont ensuite été relâchés. Les huit autres suspects sont soupçonnés d’appartenir à OAS, groupe qui «avait pour projet de commettre des actions violentes, aux contours imprécis», a souligné une source proche du dossier.

Parmi ses cibles potentielles, l’organisation envisageait de s’en prendre à des «lieux de culte», dont des mosquées, des «personnes d’origine nord-africaine ou personnes noires», des «militants anti-fascistes» ou des «hommes politiques».

L’enquête a montré que «l’organisation prévoyait des achats d’armes et d’effectuer des entraînements paramilitaires. Certains d’entre eux s’étaient déjà entraînés aux tirs», a relaté la source proche du dossier. Le groupe projetait également «de racketter des chefs d’entreprises afin de financer l’organisation et notamment des achats d’armes».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous