Bart Maddens: «La Belgique serait un choix évident en cas d’exil du gouvernement catalan»

Proche du mouvement flamand, membre d’un Conseil de contestation électorale (qui examine les plaintes concernant les élections locales en Flandre), le politologue de l’université de Louvain, Bart Maddens, était l’un des observateurs accrédités lors du référendum catalan.

Il estime que Madrid vire dans la dérive totalitaire en voulant reprendre les rênes en Catalogne. « Imaginez que les compétences wallonnes seraient exercées par des ministres N-VA dans le gouvernement fédéral sans aucune possibilité de contrôle par le parlement wallon. Je crois que ce serait tout à fait antidémocratique », explique le politologue sur la RTBF ce lundi matin.

Un éventuel exil ?

Une semaine cruciale et historique commence donc en Espagne après l’annonce du gouvernement espagnol d’activer l’article 155 de la Constitution et la suspension de l’autonomie de la Catalogne. Bart Maddens croit que ce ne serait pas tellement de la paranoïa de dire que le gouvernement catalan sera arrêté par les autorités espagnoles. « Ils l’ont déjà fait avec les deux leaders du mouvement nationaliste, ils les ont arrêtés, ils sont en prison simplement parce qu’ils sont en faveur de l’indépendance. Si les lois espagnoles s’appliquaient en Belgique, je serai aussi en prison en tant que flamingant. »

Si les dirigeants catalans doivent fuir leur pays, « la Belgique serait un choix évident d’exil puisque c’est le pays qui s’est montré le plus sympathique vis-à-vis du mouvement indépendantiste en Catalogne ».

L’UE a une attitude hypocrite

Le politologue de la KU Leuven estime que l’attitude de l’Union européenne est totalement hypocrite. Pour lui, « le droit à l’expression et de libre association sont des valeurs européennes et quand un pays extérieur de l’UE ne respecte pas ces principes, elle est la première à le condamner mais quand cela se passe dans un pays membre, son regard se détourne ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191116-3X8C8U 2019-11-14 04:03:00

    Dérapages indivuels ou violences d’Etat? La police française est sur le gril

  2. Le décollage de l’Airblors d’un des tests sans intervention humaine effectués à Toulouse.

    Airbus réussit à faire décoller un avion en pilotage automatique

  3. pavlopetri-rue

    Sous la mer Ionienne, Pavlopetri la Mycénienne est menacée par l’homme

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Il y a une vie en Wallonie après Nethys

    Depuis l’installation de son gouvernement en septembre dernier, la Wallonie vit au rythme du dossier Nethys et de ses satellites Moreau, Voo, Intégrale, Enodia… Ce n’est pas de sa faute : les révélations de la presse et le comportement ahurissant des acteurs du dossier ont chargé la barque du gouvernement et du parlement. Le job devait être fait, il l’a été.

    « Jamais et nulle part, je n’ai vu un dossier aussi important traité de manière aussi rapide », a dit au Soir le...

    Lire la suite