Bart Maddens: «La Belgique serait un choix évident en cas d’exil du gouvernement catalan»

Proche du mouvement flamand, membre d’un Conseil de contestation électorale (qui examine les plaintes concernant les élections locales en Flandre), le politologue de l’université de Louvain, Bart Maddens, était l’un des observateurs accrédités lors du référendum catalan.

Il estime que Madrid vire dans la dérive totalitaire en voulant reprendre les rênes en Catalogne. « Imaginez que les compétences wallonnes seraient exercées par des ministres N-VA dans le gouvernement fédéral sans aucune possibilité de contrôle par le parlement wallon. Je crois que ce serait tout à fait antidémocratique », explique le politologue sur la RTBF ce lundi matin.

Un éventuel exil ?

Une semaine cruciale et historique commence donc en Espagne après l’annonce du gouvernement espagnol d’activer l’article 155 de la Constitution et la suspension de l’autonomie de la Catalogne. Bart Maddens croit que ce ne serait pas tellement de la paranoïa de dire que le gouvernement catalan sera arrêté par les autorités espagnoles. « Ils l’ont déjà fait avec les deux leaders du mouvement nationaliste, ils les ont arrêtés, ils sont en prison simplement parce qu’ils sont en faveur de l’indépendance. Si les lois espagnoles s’appliquaient en Belgique, je serai aussi en prison en tant que flamingant. »

Si les dirigeants catalans doivent fuir leur pays, « la Belgique serait un choix évident d’exil puisque c’est le pays qui s’est montré le plus sympathique vis-à-vis du mouvement indépendantiste en Catalogne ».

L’UE a une attitude hypocrite

Le politologue de la KU Leuven estime que l’attitude de l’Union européenne est totalement hypocrite. Pour lui, « le droit à l’expression et de libre association sont des valeurs européennes et quand un pays extérieur de l’UE ne respecte pas ces principes, elle est la première à le condamner mais quand cela se passe dans un pays membre, son regard se détourne ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite