Cointe: l’observatoire de Cointe est en grand danger

Les pétitionnaires demandent à la Région wallonne une intervention «
énergique
». © Charles Ledent.
Les pétitionnaires demandent à la Région wallonne une intervention « énergique ». © Charles Ledent. - charles ledent

Ce samedi après-midi, malgré une météo plutôt capricieuse, des centaines de visiteurs arpentaient les allées du parc de Cointe où est installé depuis plus de 120 ans, l’observatoire de l’Université de Liège.

Nombreuses étaient les personnes à signer la pétition demandant à la Région wallonne de sauver ce monument en péril. Car, en effet, un simple coup d’œil sur l’état des bâtiments permet de se rendre compte que, sans intervention, ils ne seront bientôt plus bons qu’à être démolis.

Marko Sojic, le président de la Société Astronomique de Liège (SAL), qui tenait ce samedi sa journée portes ouvertes, est plutôt triste : « Regardez donc l’état de délabrement de ces bâtiments. Désormais, nous ne pouvons même plus faire visiter la salle du télescope puisque l’escalier pourrait céder. Nous ne pouvons plus montrer que la salle contenant la lunette méridienne. »

Dans les couloirs du bâtiment, on a l’impression de parcourir une maison fantôme. Et pourtant, pendant un siècle, c’est dans ces locaux que se sont formés les astronomes et les astrophysiciens liégeois. C’est ici que de prestigieux professeurs ont dispensé leurs cours. Jusqu’au moment où l’Université de Liège a déménagé l’institut d’astrophysique au Sart Tilman. Depuis lors, les bâtiments de Cointe n’en finissent pas de se dégrader.

Pétition en ligne

Voici quelques jours, quatre associations liégeoises – urbAgora, SOS Mémoire de Liège, Le Vieux Liège, et la SAL – ont lancé une pétition en ligne réclamant de la Région wallonne une action énergique pour sauver ces bâtiments. Elle a déjà récolté près de 15.000 signatures.

La pétition s’adresse à René Collin, le ministre wallon du Patrimoine. Celui-ci a fait savoir ce week-end qu’il n’a reçu aucune demande de classement « de ce prestigieux bâtiment » et que, dès lors, il n’a aucune possibilité d’intervention. Mais il ne ferme pas complètement la porte, tout de même.

Le sujet intéresse en tout cas les Liégeois, on a encore pu le voir ce samedi après-midi, en constatant le nombre de familles et d’enfants qui avaient fait le déplacement pour admirer la lunette méridienne datant du début des années 1930…

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Astronomie|Météo|Région wallonne|Université de Liège
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite