Accueil Culture Livres

Karl Geary: «Ecrire pour identifier ce qui n’est pas dit»

Le premier roman de Karl Geary, « Vera », est une superbe et émouvante histoire d’amour et de formation

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 6 min

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Labalue Jacques, dimanche 24 décembre 2017, 15:29

    "C'est sans doute le roman de cette rentrée littéraire qui m’a le plus ému." Sans vous connaître Monsieur, cette sentence m'a poussé à lire ce roman. Très rapidement le trouble s'installe à la lecture des premières phrases; la narration à la deuxième personne du singulier, des chapitres très courts qui vous donnent l'espoir de vite passer à une découverte, une lumière irisée qui éclaire enfin le sentiment amoureux, des lieux et des personnages qui, à certains égards, vous laissent un peu perdu ... Alors, oui pour une histoire de formation, peut-être pour une histoire d'amour. Avec toute ma considération 24/12/2017

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs