Accueil L’archive

Il y a dix ans dans Le Soir: «Le titre de séjour grâce à l’empreinte génétique»

Des tests ADN pour permettre un regroupement familial. La Belgique y a recours depuis 2003. Entre pragmatisme et dérives.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

(article paru le 25 Octobre 2007)

Quand j’ai appris les résultats, j’ai explosé de joie. Ça restera le plus beau jour de ma vie . » C’était le 15 avril dernier. Un appel téléphonique de l’Office des étrangers. Saleh Bin Ramazani, 33 ans, réfugié congolais, apprend que son épouse, Amouli Mami, et ses trois enfants, Jordan (6 ans), Declerck (5 ans) et Gabriel (3 ans) sont autorisés à le rejoindre en Belgique. Sur base de tests génétiques, dits tests « ADN », les liens de parenté sont avérés : après trois ans de séparation, Saleh et les siens, originaires de Bukavu, sont admis au regroupement familial.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en L’archive

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs