77 hélicoptères américains transitent par la Belgique pour renforcer l’Otan à l’est

© Pierre-Yves Thienpont / Le Soir.
© Pierre-Yves Thienpont / Le Soir.

L’armée américaine fait transiter depuis quelques jours par la Belgique près de 80 hélicoptères de transport et de combat qui se déploieront en Europe de l’est pour une durée de neuf mois dans le cadre de l’opération «  Atlantic Resolve », destinée à rassurer les membres est-européens de l’Otan face à une Russie jugée «  agressive », a-t-on appris mardi.

Ces 77 hélicoptères de quatre types (des CH-47 Chinook, UH-60L et M Blackhawk ainsi que des AH-64 Apache, dans la dernière version de cet appareil, la E) sont arrivés en fin de semaine dernière par bateau à Zeebrugge. Ils ont, après avoir été réassemblés, gagné la base aérienne de Chièvres (entre Mons et Ath) entre vendredi et dimanche, «  en 52 heures », selon une source militaire américaine. Quelque 360 militaires de l’US Army les ont rejoints, pour la plupart par avion civil affrété par le Pentagone.

L’armée américaine a choisi de faire transiter ces appareils par la Belgique (au lieu de l’Allemagne ou des Pays-Bas) pour «  tester de nouvelles routes », a mardi précisé le commandant du 839ème bataillon de transport de l’US Army, une unité stationnée en Italie, le lieutenant-colonel John Hotek, à la presse à Chièvres. Hélicoptères et aviateurs doivent quitter Chièvres mercredi matin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10839195-004

    Soudain, la fin du monde à Venise

  2. Image=d-20191023-3WUWKM_high

    Comment Nethys est devenue l’EuroMillions pour ses top managers

  3. Image=d-20170615-3F9AGQ_high

    Bruxelles: la Cour des comptes évalue le déficit à 541 millions pour 2020

La chronique
  • Etats-Unis: quand le dissident torpille le président…

    Qui affrontera Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de novembre 2020 ? Joe Biden et Elizabeth Warren se tirent la bourre depuis des mois. À moins que Michael Bloomberg ne vienne rebattre les cartes ?… Réponse le 16 juillet prochain, au terme de la convention démocrate de Milwaukee.

    Répéter cette question à l’envi laisse à penser que Donald Trump, en primus inter pares, sera d’office le candidat du Parti républicain… Si telle est l’hypothèse la plus plausible, gardons tout de même à l’esprit que ce n’est pas la seule.

    Ainsi, dimanche dernier, sur CNN, le sénateur sortant de l’Arizona, Jeff Flake, un des principaux détracteurs de l’actuel président au sein du Parti républicain, a lancé un appel pour que quelqu’un se présente, en interne, contre Trump. Ceci afin de « rappeler aux républicains ce que cela signifie vraiment d’être conservateur, et aussi d’être correct ».

    Flake pourrait-il être celui-là ? « Je ne pense pas, il y a de meilleurs candidats...

    Lire la suite

  • Le pactole des dirigeants de Nethys: dis, c’est comment 18,6 millions?

    Depuis la révélation des montants touchés par les dirigeants de Nethys, beaucoup ont tenté de se figurer ce que représentait ce chiffre stratosphérique. Deux millions, cinq millions on voyait encore à peu près, mais 11,6 millions pour un seul homme et 18,6 pour quatre, pour le coup on avait du mal.

    Sur les réseaux sociaux, chacun y est allé de son essai de mise en perspective. Pour Cédric Halin, le bourgmestre d’Olne...

    Lire la suite