Glyphosate: la société civile demande à l’UE de «sortir du lit de Monsanto»

La Commission européenne a annoncé, mercredi en milieu de matinée, que les pays européens n’avaient finalement pas tranché sur la durée du renouvellement possible de l’autorisation du glyphosate, la substance au cœur de l’herbicide phare de Monsanto, le Round-up.

Une quinzaine d’activistes étaient venus accueillir les experts des États membres, mercredi matin, devant le centre de conférence Albert Borschette, où avait lieu la réunion.

L’action était organisée par les coordinateurs de l’initiative citoyenne ‘Stop glyphosate’, dont l’ONG Corporate Europe Observatory ou Greenpeace, qui réclament tous une sortie pure et simple de la substance.

« Europe, sors du lit de Monsanto », disaient les pancartes des activistes. Une métaphore qu’ils ont illustrée littéralement, pour un maximum d’impact. Ainsi, une activiste dont le visage avait été peint des couleurs du drapeau européen embrassait un autre déguisé en lobbyiste, le visage recouvert de noir.

© E.L.
© E.L.

Certains pays européens, dont la Belgique, ont commencé à prôner une sortie sur cinq ans du glyphosate, pour permettre le développement d’alternatives.

« On n’a pas besoin d’alternatives, elles existent déjà », nous explique Martin Pigeon, de l’ONG Corporate Europe Observatory, même s’il reconnaît qu’aucune alternative n’est aussi efficace que le glyphosate à coût si bas. C’est le modèle agricole qui pose problème, estime encore Martin Pigeon. L’ONG demande donc le non-renouvellement pur et simple de l’autorisation de l’herbicide.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Greenpeace|Commission européenne
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite