Accueil Économie Mobilité

Les coursiers Deliveroo seront désormais payés à la livraison

Deliveroo renonce à recourir aux coursiers embauchés sous contrat de travail par la coopérative SMart.

Temps de lecture: 2 min

Deliveroo, le service de livraison de repas à domicile, a renoncé à recourir aux coursiers embauchés sous contrat de travail par la coopérative SMart. Elle précise, mercredi soir, qu’elle a mis en place un modèle qui offre plus de flexibilité aux coursiers que le dispositif de la SMart. «Deliveroo prend toujours des décisions allant dans les meilleurs intérêts de ses coursiers partenaires et ce nouveau modèle leur permet d’organiser leur travail autour de leur vie et non l’inverse», estime la société.

Depuis le mois de juin, Deliveroo a testé un modèle de travail freelance indépendant et flexible. «Dans le cadre de ce nouveau modèle, les coursiers se verront proposer un nouveau contrat en tant que travailleurs indépendants et recevront une rémunération pour chaque livraison effectuée: 7,25 euros pour les travailleurs indépendants et 5 euros pour les étudiants indépendants. Les coursiers pourront également travailler avec d’autres plateformes s’ils le souhaitent et continuer à avoir la liberté de décider quand et comment ils travaillent», précise le service de livraison de repas.

Une phase de transition jusqu’à la fin janvier

Une phase de transition est prévue jusqu’à la fin janvier 2018. Deliveroo organisera plusieurs sessions d’information pour les coursiers afin de leur expliquer ce nouveau modèle et de les assister pendant cette transition. «Deliveroo n’a donc pas l’intention de mettre en place le cadre actuel de la loi sur l’économie collaborative (loi De Croo)», précise-t-il encore.

Par ailleurs, en terme d’assurance, Deliveroo a précisé qu’une responsabilité civile s’appliquait aux coursiers et que des discussions étaient en cours avec des assureurs pour aller plus loin, vers un modèle qui s’applique dans plusieurs pays européens.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Rebts Jean-Louis, mercredi 25 octobre 2017, 20:25

    Je parie que nombre de ces pédaleurs à voté MR NVA... Pour ceux là, je ne saurais m'apitoyer... Par contre, j'ai deux fils et je m'inquiète très fortement pour leur avenir, certe, je dois reconnaître que la gauche s'est plantée monumentalement, mais à moins de bénéficier d'une fortune personnelle considérable, ce gouvernement est une catastrophe humanitaire pour le belge lambda ; une honte pour un pays démocratique... "Jamais avec la NVA, et merci Lutgen CDH..."

  • Posté par Rebts Jean-Louis, mercredi 25 octobre 2017, 20:06

    Jobs job job de merde. On vous vois pédaler quand SuperMichel, ? Durant 2-3 ans, j'ai été travailler (à pause 08h/13h, 13h/23h, 23h/08h ) durant les heures normales, la circulation est infernale...après les heures de boulot; c'est la démesure ; beaucoup moins de voitures mais qui roulent deux fois plus vite... J'ai donc décidé de rouler sur les trottoirs...

  • Posté par stals jean, mercredi 25 octobre 2017, 19:41

    C'est beau l'ultralibéralisme fascisant.. Ces citoyennes et ces citoyens qui n'hésitent pas pour quelques misérables euros à se comporter comme des véritables esclaves modernes, en acceptant des jobs jobs jobs de merde, ne se rendent pas compte que du haut de leur vélo affublé d'un sac à dos remplis de **** elles ou ils foncent droit dans le mur "des lamentations" inutiles...Ces générations de jeunes galérien(ne)s avec ou sans pédale en guise de rames, y attendent quoi pour foutre le boxon et "casser la gueule" aux négriers congénitaux?...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs