Gouvernance: plus aucune rémunération publique ne dépassera les 245.000 euros en Wallonie

©Belga
©Belga

Le gouvernement wallon a approuvé ce jeudi un impressionnant train de mesures liées de près ou de loin à la bonne gouvernance. Lorsqu’ils composaient le gouvernement, PS et CDH avaient déjà produit une note sur le sujet. C’était le 27 avril dernier. Six mois et un renversement d’alliance plus tard, MR et CDH s’entendent à leur tour sur des questions essentielles : la gouvernance des organismes publics et celle des pouvoirs locaux, mais aussi des mesures qui concernent plus spécifiquement les gestionnaires de réseau de distribution d’énergie (GRD), autant de domaines qui feront l’objet de décrets dans des délais approchés. Il faut ajouter que la question de la réforme des outils financiers fait l’objet à ce stade d’une note d’orientation, qui doit encore être affinée.

Avec le catalogue présenté à Namur, Willy Borsus (MR), Alda Greoli (CDH) et les ministres concernés estiment « couvrir à 100 % les champs ouverts par les 73 recommandations de la commission d’enquête parlementaire sur le scandale Publifin. » Le renforcement des contrôles sur les mandats, les rémunérations voire les activités de toutes les structures publiques wallonnes s’annonce drastique. La volonté du gouvernement est de fixer les mêmes exigences de gouvernance et de transparence à tous les niveaux de pouvoir, de la commune au pararégional, de l’élu local au chef de cabinet d’un ministre.

Parmi les mesures spectaculaires, notons le plafond de 245.000 euros fixé pour les gestionnaires de tout organisme public ou intercommunale. Aucune exception ne sera tolérée. En clair, c’est la rémunération qui attend Stéphane Moreau si le Liégeois continue à diriger Nethys. Hypothèse peu probable : « Si l’intérêt régional est lésé » et l’image de la Wallonie en cause, l’exécutif pourra envoyer (à Liège ou ailleurs, bien sûr) un commissaire spécial chargé de mettre de l’ordre, à la place des structures en place qui hésiteraient à agir.

► Les quatre domaines dans lesquels la Wallonie a décidé d’agir en matière de gouvernance décodés sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite