Accueil

«Notre padewakang»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Au mur du musée de La Boverie, devant l’immense padewakang qui utilise le même type de voiles et de gréement que les bateaux représentés sur le temple bouddhique de Borobudur du IXe siècle, un mot des charpentiers du peuple Konjo, qui ont effectué la reconstruction ici à Liège.

« Cher visiteur, lorsque nous avons construit ce navire dans notre village, tous ses cadres, planches, chevilles, étaient aussi serrés que possible mais hélas, lorsque nous avons déballé nos poutres après leur long voyage en Europe, beaucoup avaient rétréci et plié, et certaines s’étaient même fissurées. Il semblerait que l’air de vos terres ne soit pas aussi favorable au bois que chez nous.

Nous avons fait de notre mieux pour tout réassembler, mais nous craignons qu’avec le temps, ces poutres ne rétrécissent encore plus. Nous aurions pu le recouvrir de mastic et de colle mais ce n’est pas ainsi que nous construisons nos navires. Veuillez accepter nos excuses les plus sincères.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs