En Wallonie, les véhicules ancêtres seront soumis à un contrôle technique en 2018

En Wallonie, les véhicules ancêtres seront soumis à un contrôle technique en 2018

Le gouvernement wallon a adopté jeudi en première lecture un projet d’arrêté instaurant un contrôle technique périodique pour les véhicules ancêtres, répondant en cela à une directive européenne, dans un souci de sécurité routière.

Pour être considéré comme ancêtre, un véhicule doit être âgé de 25 ans ou plus. Actuellement, il n’est soumis à aucun contrôle technique périodique, seul un contrôle technique simplifié devant être effectué lors de l’achat-vente. « La situation actuelle peut présenter de véritables risques, pour les usagers de ces véhicules, mais également pour les autres usagers de la voie publique », selon le ministre wallon en charge de la Sécurité routière, Carlo Di Antonio (CDH).

Trois catégories de défaillances

A l’avenir, pour les véhicules de moins de 30 ans, le contrôle technique devra être présenté annuellement, et tous les deux ans pour ceux de plus de 30 ans. Les contrôles seront effectués sur les véhicules en fonction de leur date de première mise en circulation. Le véhicule sera comparé aux normes techniques qui étaient d’application lors de la première immatriculation.

Les défaillances constatées sur les véhicules seront classées en trois catégories (mineures, majeures et critiques) et conduiront du simple avertissement à l’interdiction de circulation.

Le texte doit encore repasser au gouvernement et devrait entrer en vigueur dès sa parution au Moniteur belge, dans le courant du premier semestre 2018. Une période de transition de 24 mois est prévue pour les véhicules dont la date de première mise en circulation est antérieure au 15 juin 1968, et de 18 mois pour les véhicules dont la date de mise en circulation est postérieure.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite