Accueil Culture Cinéma

L’art d’accommoder les restes

Avec « The green inferno », Eli Roth redonne un peu de sang neuf à un genre qu’on croyait mort

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Tel un chevalier Jedi à l’esprit fatigué par une longue vie de rectitude, le 7e Art bascule de temps en temps du côté obscur. Il y a une trentaine d’années, on vit ainsi proliférer un sous-genre très particulier de l’horreur : le film de cannibales. Un cinéma d’exploitation dont on prête en général la paternité à l’Italie. Normal après tout pour un pays dont la cuisine est indissociable de la culture.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs