Accueil Culture Cinéma

«Les Mille et une nuits, c’est un feu d’artifice baroque»

Le réalisateur du splendide « Tabou » revient avec un projet aussi fou que foisonnant : une trilogie sur la crise économique portugaise… inspirée par les célèbres contes orientaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Il y a trois ans, il signait avec Tabou un enchantement pur, qui révélait au grand jour sa patte géniale. A 43 ans, Miguel Gomes revient avec Les Mille et une nuits, son quatrième long-métrage. Un film qui, en fait, en contient trois. Et dont le premier volet, L’inquiet, sort ce mercredi.

Le cinéma de Gomes, c’est un lagage différent, exigeant, qui ne vous prend pas forcément par la main. Mais qui vous invite au voyage, comme le ferait un poète. Le talent, en ce qui le concerne, ne se mesure pas en chiffres de fréquentation. C’est affaire de grâce. C’est donc affaire, précisément, de poète. Et après tout, on ne jette pas de perles aux pourceaux.

On imagine que ce projet très atypique, et dont le tournage fut bien long, a dû être

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs