Survol de Bruxelles: les associations de riverains mettent la pression sur le gouvernement

Edition numérique des abonnés

Les associations de riverains de l’aéroport de Zaventem Brussels Air Libre, Coeur-Europe, Comités de quartiers bruxellois et Solidair Tervuren-Overijse ont présenté lundi 20 mesures qui permettraient selon elles de réduire, de 180.000 à moins de 50.000, le nombre de victimes des nuisances sonores de Brussels Airport. Les riverains attendent par ailleurs de pied ferme les solutions que les autorités doivent proposer d’ici au 25 novembre pour mettre fin à plusieurs infractions.

Globalement, les associations réclament notamment une surtaxe au départ et à l’arrivée pour financer le fonds d’indemnisation créé en 2000 mais qui n’a jamais servi, l’allongement de la nuit à 7h au lieu de 6h, l’arrêt complet des vols de nuit, l’interdiction d’accès aux avions les plus bruyants, le départ systématique depuis les seuils de piste, le déplacement des vols cargo de nuit vers des aéroports régionaux ou encore la modification d’une série de routes.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le département dont Strasbourg est le chef-lieu concentre un nombre étonnamment élevé de «
fichés S
».

    Fusillade à Strasbourg: le Bas-Rhin, bastion des radicalisés

  2. Le plan prévoit de faire passer la part des énergies vertes dans la consommation énergétique finale de 8,65
% en 2016 à 18,4
% en 2030.

    Voici les contours du plan énergie-climat belge

  3. Selon le D
r
 Denis Dufrane, l’automatisation permet un traitement intégral en salle blanche et surtout de garantir une parfaite sécurité du produit final pour le patient.

    Première mondiale: une usine à produire de l’os

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: il faut que vous le sachiez…

    Il faut que vous le sachiez : le déséquilibre Nord-Sud en Belgique ne concerne pas que la croissance économique ou les situations budgétaires, il touche aussi au volume d’informations. Alors que le Belge francophone est calé dans son fauteuil après les JT devant une série, un film ou un match de foot, un certain public flamand est, lui, en immersion dans un bain d’interviews longues, d’analyses de haute tenue en lien avec l’actualité du jour. Et pas que flamande : de tout ce qui se passe en Belgique, même francophone et dans le monde.

    De 20 à 21h, chaque jour de la semaine, la Flandre peut se nourrir de Terzake suivi de De Afspraak. Le premier  talk-show est animé par un couple d’intervieweuses redoutées car coriaces et très au fait de leurs dossiers. Annelies Beck et Kathleen Cools sont ainsi autant louées qu’insultées sur les médias sociaux par des obsédés de l’opinion. D’un à trois thèmes...

    Lire la suite