Un plan de mobilité wallon à l’horizon 2030 qui encourage le covoiturage

© Sylvain Piraux | Le Soir
© Sylvain Piraux | Le Soir

Le gouvernement wallon vient d’adopter un vaste plan de mobilité qui vise notamment à encourager le covoiturage, rapporte L’Echo mardi. «Il faut réduire l’encombrement du réseau routier sans pour autant bannir l’usage de la voiture. Une augmentation du taux de remplissage des voitures est la mesure qui représente l’effet de levier le plus intéressant», explique le ministre des Transports Carlo Di Antonio.

Le plan de mobilité porte jusqu’en 2030 et vise à faire baisser les déplacements en voiture 83% à 60% en misant sur la multimodalité et le covoiturage. En la matière, la charge moyenne actuelle par voiture est de 1,4, soit un déplacement sur 4 qui s’effectue avec 2 passagers. Le ministre veut arriver à 4 déplacements sur 5 avec 2 passagers.

Une modification des comportements

Une augmentation du covoiturage passe par une modification profonde des comportements et un petit coup de pouce financier. Carlo Di Antonio presse ainsi le gouvernement fédéral à mettre en place des incitants fiscaux.

«Des parkings, des plateformes et des bandes de circulation ont été créés. Il existe une bande de covoiturage entre Wavre et Bruxelles et une autre se met en place entre Arlon et Luxembourg. Il faut cependant aller plus loin. Pour faire évoluer le covoiturage, il faut rajouter un volet fiscal. Ce volet fiscal est le moyen le plus rapide pour changer les comportements», conclut le ministre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite