Namur: Le Grognon dévoile un atelier de poterie

Deux constructions, dont un atelier de poterie datant du VIe siècle, ont été récemment découvertes sur le site de la Confluence dit Grognon, à Namur, ont indiqué les archéologues en charge des fouilles. Sur le même site, les travaux de construction du parking souterrain sont confrontés à quelques difficultés techniques, notamment dues à la géologie du site, mais n’accusent aucun retard à ce stade.

Dans le cadre du projet d’aménagement du site, le Grognon se dotera notamment d’un parking souterrain de 700 places. La construction de ce dernier sur douze mètres de profondeur détruira l’ensemble des vestiges du passé.

Une équipe de trente personnes, dont dix archéologues, a dès lors été engagée par le gouvernement wallon en début d’année afin d’établir un inventaire complet des objets et autres découvertes. Tout récemment, les équipes ont découvert un four de potier indiquant la présence d’un atelier de poterie datant de l’époque mérovingienne (VIe  siècle).

Par ailleurs, les équipes ont mis à jour la présence de deux bâtiments de forme carrée et qui ne sont pas destinés à de l’habitat. Il pourrait s’agir d’un monument funéraire ou d’un temple religieux, selon les deux hypothèses envisagées par les archéologues.

Pas de retard

Sur le même site, la construction du parking suit son cours bien que confrontée à quelques difficultés, comme l’emplacement du parking à 10 mètres sous le niveau de l’eau et la présence importante de roche qui, au moment du forage, résiste aux dents de la machine. Par ailleurs, la roche est de nature schisteuse, d’où la présence d’une grande quantité de boue sur le site. Malgré tout, le chantier n’enregistre pas de retard et le placement des 270 pieux sécants devrait être terminé pour la fin du mois de novembre.

De l’autre côté de la Meuse, les travaux de construction de la passerelle cyclo-piétonne se poursuivent. La pose de la structure métallique est prévue au printemps 2018 et sa mise en service partielle à l’été de la même année. (b)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite