Accueil Monde Europe

A Bruxelles, Puigdemont ne demande pas l’asile politique mais interpelle l’Europe

Le ministre-président catalan déchu assure qu’il respectera le résultat des élections convoquées le 21 décembre par Madrid.

Temps de lecture: 2 min

Le président catalan destitué Carles Puigdemont a affirmé mardi à Bruxelles qu’il ne s’était pas rendu en Belgique pour demander l’asile - sans toutefois l’exclure - mais y resterait «par sécurité» après la mise sous tutelle de la Catalogne par Madrid.

«Je ne suis pas ici pour demander l’asile politique» mais par «liberté et sécurité», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au lendemain de l’annonce par le parquet espagnol qu’il lançait des poursuites pour «rébellion» contre le dirigeant séparatiste et son gouvernement. Il n’a pas précisé jusqu’à quand il resterait en Belgique.

« On ne peut pas construire une république de tous par la violence », a-t-il dénoncé à l’égard de l’Etat espagnol. « Dans ces conditions la négociation est impossible ».

Carles Puigdemont a également fustigé la « politisation de la justice espagnole et son absence d’impartialité ». « On ne va pas échapper à l’action de la Justice, nous allons nous affronter politiquement face à l’injustice que nous propose le gouvernement espagnol. »

« Le 21 décembre, un défi démocratique »

Il a expliqué avoir pris la décision de venir à Bruxelles pour « mettre en évidence le problème catalan au coeur des institutions européennes et dénoncer la politisation de la justice espagnole ».

« Nous respecterons le résultat des élections du 21 décembre » affirme-t-il en demandant quelle est, à cet égard, « la position du gouvernement espagnol. » « Je veux un engagement clair de la part de l’Etat ! »

« Nous serons les plus forts sur le terrain de la démocratie, nous ne voulons pas gagner en faisant usage de la force », conclut-il. « C’est un défi démocratique »

Le direct

Invalid Scald ID.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Talbot Fanny, mardi 31 octobre 2017, 16:27

    “Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.” Les animaux malades de la peste Jean de La Fontaine... Comme quoi, notre formidable gouvernement n'agit pas de la même façon avec des réfugiés syriens ou soudanais qu'avec des réfugiés espagnols n'ayant pas respecté le droit d'un pays de l'union... Ils nous prennent tous pour des moutons bêlant...

  • Posté par Burniat Walter, mardi 31 octobre 2017, 15:42

    Rappelons que le referendum pour l'indépendance n'a réuni que 43% des votants potentiels -quelles que soient les circonstances: la majorité de 43% n'est pas une majorité. Idem pour Macron en France. Et puis, interrogeons-nous sur les sympathies réciproques des partisans de Mr Pudgemont et de l'extrême droite flamande? Oublie-t'on que Gaudenys, proclamant en 1934 la république catalane fut, évadé en France, extradé et fusillé par...les franquistes,l'extrême droite espagnole?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs