La Jeune Peinture belge de 1945 à nos jours

Lot 7. Jean Milo, Composition n°
11, vers la liberté, 1953, huile sur toile, 6-8.000 euros. © D.R.
Lot 7. Jean Milo, Composition n° 11, vers la liberté, 1953, huile sur toile, 6-8.000 euros. © D.R. - DR

Le 12 novembre prochain, la maison de ventes de la chaussée de Charleroi mettra à l’encan 33 œuvres d’artistes ayant fait les belles heures de La Jeune Peinture belge, d’Alechinsky à Wyckaert si l’on reprend l’ordre alphabétique du catalogue. Des œuvres, issues pour la plupart de collections privées, abstraites, géométriques, colorées, monochromes, plus ou moins lyriques, cinétiques ou gestuelles… Elles sont à l’image de ce mouvement hybride et hétérogène, sans manifeste ni prise de position collective. En cette période d’immédiat après-guerre, son objectif est de servir l’art belge en Belgique et à l’étranger par le biais d’expositions itinérantes, sans préjudice d’école ni de tendance.

Cet esprit d’ouverture de La Jeune Peinture belge fera tout à la fois sa richesse et son éclatement. Le manque d’unité dans la démarche artistique de ses membres, les divergences de visions et les tensions internes entraîneront des démissions puis une dissolution du groupe en 1948 à la mort de son créateur et mécène René Lust. C’est en sa mémoire que sera créée l’association qui décerne depuis lors tous les deux ans le « prix de La Jeune Peinture belge ». Seuls trois artistes ayant fait partie du groupe initial se sont vu attribuer un prix au tout début des années 1950 (Pierre Alechinsky, Pol Bury et Georges Collignon). Nombre d’artistes renommés depuis lors en ont été un jour lauréats, d’Englebert Van Anderlecht à Berlinde De Bruyckere en passant par Walter Leblanc.

Lot 21. Walter Leblanc, Torsions Mobilo-Static, 1970-72, estimation 40-60.000 euros. © D.R.
Lot 21. Walter Leblanc, Torsions Mobilo-Static, 1970-72, estimation 40-60.000 euros. © D.R. - DR

Une mosaïque bien belge

C’est à un come-back des années 50-70 que nous invite cet ensemble où figurent également des œuvres plus tardives, et non des moindres puisqu’on y trouve un des top lots de la vacation, cette gigantesque fontaine de Pol Bury de 1995 composée de 11 sphères à miroir concave que l’on peut encore voir à la Faculté d’Agronomie à Gembloux (lot 23, attendu autour de 150-200.000 euros). A l’exception des œuvres de Pol Bury ou de Walter Leblanc (avec un très beau Mobilo-Static, « Torsions » de 1970-72, lot 21), la majorité des œuvres sont picturales.

Du groupe initial, on retiendra une magnifique composition de Jean Rets de 1952 (Formes sur fond vert, estimation 15-20.000 euros), une toile de Georges Collignon et plusieurs œuvres de Jo Delahaut. On notera aussi la composition lyrique aux couleurs chatoyantes de Jean Milo (lot 7) ainsi qu’un éventail de travaux d’Antoine Mortier, parmi lesquels   Le Baluchon (ou la porte) de 1955 ou cette grande encre de Chine sur papier de 1970 (lot 14, estimation 12-15.000 euros) qu’on a pu voir en 2000-2001 à l’occasion de l’exposition « Le Geste Incarné ». Utilisée en couverture du catalogue, elle traduit merveilleusement les préoccupations de l’artiste, membre de La Jeune Peinture belge de 1945 à 48, qui écrivait que « l’imitation de la réalité apparaît inférieure à la qualité, à la valeur, à l’âme de cette réalité. Il faut transposer. C’est l’inéluctable loi qui régit l’art véritable. »

Lot 10 Englebert Van Anderlecht, Peinture bleue n°
101, 1960, huile sur toile, estimation 40-60.000 euros. © D.R.
Lot 10 Englebert Van Anderlecht, Peinture bleue n° 101, 1960, huile sur toile, estimation 40-60.000 euros. © D.R. - DR

A ces œuvres emblématiques vient s’ajouter une rare toile d’Englebert Van Anderlecht de 1960 (lot 10). Cette « Peinture bleue nº 101 » de 1960 est de belle provenance puisqu’elle a été acquise directement par le propriétaire à l’atelier de l’artiste en 1961. Exposée rarement – sa dernière exposition recensée date de 1990 à Bruxelles aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique – et de grande dimension (130 × 101 cm), elle porte une estimation de 40-60.000 euros.

Tous les lots proposés ne sont pas forcément dans cette fourchette de prix. Notons par exemple Les Oiseaux prisonniers de Mig Quinet, une toile de 1950 évaluée 5-7.000 euros (lot 3). Un montant similaire est attendu pour une peinture de 1969 de Guy Vandenbranden (lot 19) ou pour celles de Gilbert Decock (lots 26 – 27). Prochain rendez-vous belge chez Cornette le 19 novembre pour « Art & design – XI » avec des pièces rares, comme ce paravent signé Renaat Braem…

Lot 19. G. Vandenbranden, Sans titre, 1969, estimation 5-7.000
euros. © D.R.
Lot 19. G. Vandenbranden, Sans titre, 1969, estimation 5-7.000 euros. © D.R. - DR

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous