Uccle: la maison dans la forêt, ou l’inverse

Tout au bout d’un chemin qui donne sur une rue pavée d’Uccle, elle est là, imposante et majestueuse. Avec ses pins maritimes qui délimitent les lieux, la forêt de Soignes se donne des allures de littoral, voire de Méditerranée.

En arrivant sur les lieux, on ne sait trop comment appréhender la visite d’une bâtisse qui a, d’une manière évidente, voulu rester discrète. La porte d’entrée n’apparaît pas d’emblée et les fenêtres ont été remplacées par un grand mur en briquettes de terre cuite.

Habitué de ce genre de villas, l’architecte bruxellois Bruno Erpicum prend plaisir à faire le guide. Cette maison, il l’a pensée pendant longtemps avant de donner ses premiers coups de crayon. « Les propriétaires sont comme des tournesols, sourit-il. Ils ont besoin de soleil en permanence… »

Voilà pourquoi les fenêtres inexistantes en façade abondent sur l’autre côté de la maison, celui donnant sur la forêt qui joue ici le rôle d’un gigantesque tableau que l’on aurait accroché au mur. La villa est orientée plein sud et la ville se trouve à l’ouest.

Quand on a la chance de la visiter par un bel après-midi d’automne, c’est un pur régal. « J’adore Bruxelles, car elle a la particularité d’avoir cette magnifique ceinture verte, poursuit Bruno Erpicum. Chaque fois qu’on me demande de construire en bordure de forêt de Soignes, je subis une tension extrême car c’est comme me retrouver face à la mer. La forêt est une vraie frontière, physique et naturelle, qui oblige à ne pas perturber la vie nocturne de ses animaux. »

Classé Natura 2000, le site a nécessité une communication « particulièrement fine » avec la commune. L’architecte a l’habitude puisque c’est la quatrième villa qu’il construit au bord de la forêt de Soignes. Ses bureaux d’AABE donnent d’ailleurs sur ce poumon vert qui fait le bonheur des Bruxellois. « Dans ce genre d’endroits, installer une baie vitrée qui donne sur la forêt n’est par exemple pas possible car le soir, quand les lumières sont éclairées, les animaux seraient dérangés, explique-t-il. Mais il y a beaucoup d’autres contraintes liées, notamment, à la manière de vivre la maison en interne. »

A ce sujet, le couple qui habite les lieux n’a pas retenu un premier projet qui voyait leur future demeure s’étaler de plain-pied avec un patio intérieur. Parce qu’elle exerce une profession libérale qui l’oblige à recevoir à domicile, la propriétaire a souhaité un étage avec une entrée séparée, histoire de désolidariser son bureau du reste de l’habitation. « Lorsqu’on pousse la grosse porte d’entrée en bois, le visiteur ne découvre pas la maison mais bien la forêt, insiste Bruno Erpicum. J’ai prévu un grand patio dilaté pour orienter les pièces de vie vers l’est. Le jardin, lui, est au sud. » Dessiné par Christophe Spehar, celui-ci semble d’une simplicité désarmante alors que l’emplacement de chaque arbre, chaque arbuste, chaque plante a été minutieusement étudié pour profiter à fond du jeu des ombres et des lumières.

A l’intérieur, on reste bien sûr séduit par les baies vitrées qui ouvrent les espaces. Conçue avec des meubles en mélèze, la cuisine communique avec le salon. Le béton lissé qui recouvre le sol confère un côté brut qui sied à merveille à l’ensemble. « Je m’inspire de l’architecture moderne des années 20-30, explique Bruno Erpicum. Elle donne la priorité aux proportions et à l’intégration à l’environnement. Pour la façade, j’ai choisi ce parement en briques. Elles viennent d’Italie. C’est presque de la terre cuite à basse température. Nous avons simplement demandé aux Italiens de nous les couper plus longues et qu’elles puissent être posées sans joint. Leur couleur rappelle l’oranger de l’écorce des pins maritimes. »

© D.R.
© D.R.

Responsable d’un bureau qui emploie 15 architectes et dont l’expertise s’étend sur une quinzaine de chantiers actifs en permanence (une quinzaine sont achevés par an, dont la moitié à l’étranger), Bruno Erpicum pousse à chaque fois le sens du détail à l’extrême. Les meubles de la cuisine, les armoires ou les interrupteurs paraissent se fondre dans le décor.

A l’étage, les pièces se gaussent de la lumière naturelle. La forêt a beau être d’une densité extrême et tellement proche de la villa, celle-ci semble prendre un bain de clarté. « Le premier étage est celui réservé à la famille, au couple en semaine, auquel s’ajoutent deux enfants le week-end. Mais il n’y a rien de plus laid que d’avoir une vue sur une toiture plate. Surtout quand on a la forêt en arrière-plan. »

C’est pourquoi l’architecte, qui dit avoir pris beaucoup de plaisir à concevoir la maison, a préconisé l’installation d’une toiture verte, laquelle procure naturellement un peu de fraîcheur les jours d’été.

Un an et demi après l’inauguration de la maison, les plantes qui la composent semblent être arrivées à maturité. « On est pourtant encore loin du compte, fait remarquer Bruno Erpicum. Les plantes doivent encore pousser et une partie de la toiture doit encore être aménagée. Lors de l’apparition des toitures végétalisées sur le marché, on ne savait trop comment les installer. Aujourd’hui, on les maîtrise beaucoup mieux. D’ici un an, tout sera parfait… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10935017-044

    Anderlecht: Kristoffer Olsson est bien décidé à enfin exprimer son potentiel

  2. Parmi les Cubains, jusqu’à Miami, «Patria y vida» a remplacé le slogan castriste «Patria o muerte».

    Entre répression et pandémie, Cuba au crépuscule du castrisme

  3. Une planche de «Les glaces aux coquelicots».

    Les livres jeunesse de votre été: des vacances sur les p(l)ages ensoleillées avec «Idylle» et «Les glaces aux coquelicots»

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite

  • Pour un «reset» du logiciel démocratique au Congo

    A chaque fois, on entend des déclarations fracassantes, voire des bruits de bottes. Même de bonnes idées, comme celle de confier aux confessions religieuses le soin de désigner la commission électorale indépendante, menacent de déraper. On en vient à se dire que la démocratie est un exercice qui coûte cher, mobilise toute l’attention et conduit à chaque fois le pays au bord du gouffre… Mais on sait aussi qu’à part la dictature, dont on a vu les résultats, il n’y a pas d’autre choix et que l’alternance, aussi risquée soit-elle, doit...

    Lire la suite