Accueil Monde Europe

Erdogan, le Bonaparte turc, fait le ménage dans son parti

En Turquie, l’agitation a gagné les rangs de l’AKP. Obnubilé par les élections de 2019, le président Erdogan procède à un grand nettoyage dans son parti. Sa première cible : les maires, qu’il oblige à démissionner.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis Istanbul

Les uns après les autres, ils tombent comme les feuilles mortes. Istanbul, Düzce, Nigde, Bursa, Ankara samedi, Balikesir ce lundi… Six maires de grandes villes turques, élus du parti au pouvoir, ont démissionné depuis mi-septembre. Démissionnaires, démissionnés, démis par Recep Tayyip Erdogan, chef de l’Etat et de l’AKP (Parti de la justice et du développement).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Arnould Philippe, jeudi 2 novembre 2017, 11:00

    Il démissionne ?

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs