Allemagne: Dortmund touche le fond... avant son duel décisif contre le Bayern

Allemagne: Dortmund touche le fond... avant son duel décisif contre le Bayern

Le nul 1-1 à l’aller à Nicosie était une gifle. Le partage des points, dans l’antre sacrée du Signal Iduna Park, est une humiliation. C’est aussi le cinquième match sans victoire sur les six dernières sorties, toutes compétitions confondues.

En Ligue des champions, l’actuel deuxième de la Bundesliga n’a marqué que deux points en quatre matches dans ce groupe H. Devant, Tottenham caracole en tête avec 10 pts, devant le Real, 7 pts.

«On se doit de gagner contre un adversaire comme celui-là», a déclaré l’entraîneur Peter Bosz, visiblement affecté: «Au début, c’était très dur, mais nous avons ouvert le score, et là, il faut marquer le deuxième but. Eux, la première fois qu’ils s’approchent de notre but, ils marquent. Derrière, nous avons beaucoup d’occasions et nous ne les mettons pas au fond».

Certes les mathématiques disent qu’une qualification des Allemands pour les 8es de finale est encore possible. Mais la logique du football affirme le contraire sans hésiter: il faudrait à ce Dortmund moribond battre le Real à Madrid, puis Tottenham au retour, et espérer un faux-pas du Real contre Nicosie pour continuer sa route.

Même une troisième place, qualificative pour l’Europa League, n’est pas garantie.

«Nous sommes englués dans une mauvaise phase», a admis le capitaine Marcel Schmelzer, «nous allons réfléchir tous ensemble, avec l’équipe, l’entraîneur, et travailler en nous serrant les coudes».

Sans inspiration

«Nous devions gagner ce match, nous avons eu de mauvaises sensations dernièrement, il est important de gagner de nouveau et de bien jouer», avait pourtant martelé avant le coup d’envoi Peter Bosz, que la presse allemande dit déjà menacé, trois mois seulement après son arrivée dans la Ruhr.

Pas facile cependant de bien jouer face à une équipe qui a d’abord campé à 11 devant son but, et cherché à verrouiller le moindre espace.

A défaut de furia, le Borussia a su faire preuve de patience. Et a été récompensé à la demi-heure de jeu, par un but de l’ancien Lorientais Raphaël Guerreiro, bien servi par Kagawa en profondeur (1-0, 29e).

Mais les Chypriotes ont commencé à sortir en deuxième période, et le Borussia à retomber dans le football sans agressivité ni inspiration qu’il balbutie depuis un mois.

La sanction est arrivée à la 51e minute par Poté, le buteur du match aller, qui a trompé Bürki d’un superbe tir en pivot entre deux défenseurs (1-1).

Dire qu’Aubameyang a ensuite placé une tête sur la barre, et que l’arbitre n’a pas sifflé un main d’un Chypriote dans la surface, ne changera rien à l’affaire.

Dortmund n’aura pas le temps de souffler. Le Bayern Munich, en plein renouveau et déjà qualifié, lui, pour les 8es, vient jouer samedi au Signal Iduna Park.

Deuxième à trois points du géant bavarois, le Borussia sera décroché en cas de défaite. Il se peut que la patience des dirigeants envers l’entraîneur Peter Bosz trouve alors ses limites.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous