Wonderloop : la mode qui vous colle aux valeurs

Acheter selon ses convictions sociales et environnementales quand on est fan de shopping et de mode, cela relève parfois du parcours du combattant. À Bruxelles, Wonderloop, une nouvelle boutique bien dans l’air du temps, propose à celles et ceux qui ont autant de style que d’idées des « Pop-up stores Slow fashion ».

Héléna Van Aelst, comme nombre de ces entrepreneurs aux idées vertes, a une première vie professionnelle qui n’a rien à voir avec la mode. Diplômée en sciences politiques, cette française amoureuse de Bruxelles, où elle vit depuis 6 ans, a travaillé au sein de plusieurs ONG dans le secteur des droits de l’homme ou du développement durable. Les dossiers qu’elle y traite l’interpellent sur ses choix de consommation : « Après avoir travaillé sur les questions d’éthique dans le secteur de l’électronique, j’ai adopté le Fairphone, le téléphone équitable. C’était un choix évident. »

Fan de mode cherche boutiques éthiques

Héléna se penche ensuite sur les questions du textile et ce qu’elle y découvre — « Le textile, c’est le deuxième secteur le plus polluant après l’industrie pétrolière ! Sans parler de son coût social et humain… » — la convainc de s’habiller différemment. « Mais il y a très peu de boutiques qui proposent des vêtements éthiques et il faut se tourner vers la vente en ligne » déplore-t-elle. La jeune femme, qui aime toucher et essayer avant d’acheter, n’y trouve pas son compte : « L’idée de Wonderloop est née de ma frustration de ne pas trouver de boutiques éthiques qui me plaisaient. Je me suis dit : je vais ouvrir ma propre boutique Slow fashion ! »

La boucle merveilleuse

Pour sa collection hommes et femmes, Wonderloop joue les cartes de l’upcycling et de la mode éthique. On y trouvera des pièces uniques de créateurs belges ou européens qui font des merveilles de textiles déclassés ou vintage, comme les jeunes marques belges JRRM et Wear a story ou les sacs en toile de 3QUARTERS. Des pièces fabriquées à la main dans des ateliers d’insertion socioprofessionnelle. Une façon de transformer la mode en boucle vertueuse. On y trouvera aussi des marques européennes éthiques plus établies sélectionnées « en fonction de critères sociaux et environnementaux. Les cotons sont certifiés bio et les teintures naturelles. Je pousse l’enquête encore un peu plus loin et je regarde aussi d’où vient la matière, dans quelles conditions elle est transformée » explique Héléna Van Aelst.

Ephémère itinérance

Cette année, Wonderloop prendra ses quartiers au gré d’installations éphémères dans des lieux parfois improbables. Heureuse du succès de ses deux premiers « Pop-up stores », Héléna planifie les prochains mois avec sérénité et envisage une installation définitive à l’automne prochain : « Du 3 novembre au 31 janvier, nous serons au 91 rue de Flandre. Ensuite, je cherche où poser Wonderloop dans les quartiers du Châtelain et des Marolles. Histoire de tester… avant de poser nos valises définitivement. » Wonderloop : une mode à suivre…

Pour en savoir plus

www.facebook.com/wonderlooop

La Une Le fil info Partager
Aussi par La vie de nos partenaires