Accueil Monde Europe

Les dirigeants indépendantistes catalans en prison, «une honte»

Une semaine à peine après le vote de la déclaration d’indépendance au parlement catalan, l’état-major indépendantiste est sous les verrous.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La décision est tombée en milieu d’après-midi. Carmen Lamela, la magistrate de l’Audience Nationale, le tribunal en charge des affaires les plus complexes en Espagne, a ordonné peu avant 17 heures le placement en détention provisoire des huit conseillers – l’équivalent de ministres – de l’exécutif indépendantiste destitué la semaine dernière. Parmi eux, l’ex-vice-président Oriol Junqueras, Raul Romeva, qui était en charge des affaires internationales, ou encore Jordi Turull, conseiller de présidence et porte-parole du gouvernement séparatiste. Un neuvième conseiller, Santi Vila, qui avait démissionné avant la proclamation unilatérale d’indépendance de vendredi dernier, a également été envoyé en prison mais pourrait être libéré contre le versement d’une caution de 50.000 euros.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs