David Goffin va passer 8e mondial grâce à l’élimination de Del Potro à Paris-Bercy

Edition numérique des abonnés

Juan Martin Del Potro a été éliminé en quarts de finale à Paris-Bercy, épreuve ATP Masters 1000 sur surface dure dotée de 4.273.775 euros, vendredi. L’Argentin (N.13), 17e mondial, a été battu par l’Américain John Isner (N.9), 14e à l’ATP, en trois sets 6-4, 6-7 (5/7) et 6-4 en 2 heures et dix minutes de jeu.

La défaite de Del Potro a plusieurs conséquences, la première est que l’Argentin ne pourra pas disputer le Masters de Londres alors qu’un succès lui en aurait ouvert directement le chemin et elle offre ensuite à David Goffin un gain de deux places au classement ATP. Le Liégeois, 26 ans, montera ainsi à la 8e place au classement mondial lundi, soit le meilleur classement absolu de sa carrière, a calculé l’AFT, l’Association francophone de tennis.

David Goffin, actuellement 10e, avait été éliminé au 3e tour jeudi à Paris, mais le numéro 1 belge ressort du tournoi parisien avec deux bonnes nouvelles, celle de sa progression au classement mondial et celle de sa participation au Masters de Londres du 12 au 19 novembre. Il est le premier Belge à se qualifier en simple chez les messieurs pour le prestigieux rendez-vous de fin d’année. L’an dernier, il avait cependant disputé une rencontre, en tant que réserviste, pour remédier au forfait du Français Gaël Monfils.

L’Américain John Isner est lui toujours en course pour décrocher la dernière place disponible pour le Masters de Londres. Finaliste l’an dernier, il jouera en demi-finales à Paris contre le Serbe Filip Krajinovic, 25 ans, 77e mondial, qui outre son brillant parcours depuis les qualifications a profité en quarts de finale du forfait de Rafael Nadal, le numéro 1 mondial. L’Espagnol souffre du genou et a décidé de déclarer forfait pour tenter de pouvoir défendre ses chances à Londres, lui qui est assuré de terminer l’année en tête du classement mondial pour la 4e fois de sa carrière.

Le numéro 1 mondial, l’Espagnol Rafael Nadal, le Suisse Roger Federer, 7 fois vainqueur, les jeunes débutants l’Allemand Alexander Zverev et le Bulgare Grigor Dimitrov ainsi que l’Autrichien Dominic Thiem et le Croate Marin Cilic seront également au Masters. La dernière place se joue entre l’Espagnol Pablo Carreno Busta (ATP 11) et John Isner.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10749114-039

    L'attaque des Diables: le casse-tête de Roberto Martinez

  2. 7795142652_johnny-depp-dans-les-animaux-fantastiques-les-crimes-de-grindelwa

    «Les animaux fantastiques 2», une recette qui fonctionne

  3. Certains produits alimentaires sont tout de même protégés par une Appellation d’Origine Protégée (AOP), comme le fromage de Herve.

    Pourquoi la saveur d’un fromage ne peut pas être considérée comme «œuvre»?

Chroniques
  • Chronique: Un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Football Leaks : nettoyer la boue pour retrouver l’innocence du jeu

    Dix jours et on a l’impression que la boue n’en finit plus de couler. Cela fait maintenant dix jours que l’opération Football Leaks déverse son torrent d’informations sur la planète foot. De là à l’ébranler, rien n’est moins sûr tant cette jungle économique a appris à courber l’échine quand souffle la tempête. Pourtant, le rythme des nouvelles ne baisse pas et touche tous les pans du sport roi. Après les hautes instances, incapables de faire appliquer leurs propres règles, après les combines des grands clubs soutenus par l’argent du Golfe...

    Lire la suite