Puigdemont «disposé à être candidat» aux élections du 21 décembre en Catalogne

Dans cet article
© Capture d’écran
© Capture d’écran

Le président catalan destitué par Madrid Carles Puigdemont s’est dit vendredi depuis Bruxelles « disposé à être candidat » aux élections du 21 décembre en Espagne même s’il doit faire campagne depuis l’étranger, dans un entretien à la RTBF.

« Je suis disposé à être candidat », a-t-il déclaré lors d’une interview en français, enregistrée et diffusée au journal télévisé, même s’il doit faire campagne depuis l’étranger. « Je veux être un messager pour nos concitoyens », a-t-il ajouté. Il a par ailleurs insisté pour obtenir de Madrid « l’engagement que le résultat de ces élections (sera) respecté ».

Puigdemont dénonce une injustice

« Je vais aller à la justice, mais à la vraie justice. (…) J’ai dit à mes avocats d’exprimer à la justice belge que je suis complètement disposé à collaborer », a expliqué le président déchu de l’exécutif catalan. À l’opposé, la justice espagnole est « bien évidemment politisée », a-t-il souligné, dénonçant le peu de temps – 24 heures – dont l’avocat des anciens membres du gouvernement a bénéficié pour étudier la demande du procureur avant la convocation au tribunal ce jeudi.

Puigdemont rappelle que le gouvernement catalan est « légitime. « On avait encore 2 ans pour faire notre mandat. Il n’y a aucune loi qui peut annuler un parlement démocratiquement élu », a-t-il ajouté, expliquant s’être rendu en Belgique « pour défendre un gouvernement légitime, contre une action illégale en Espagne, contre l’absence de garantie juridique et pour avoir la liberté et la sécurité » de s’exprimer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A l’instar de ses confrères, le Champion s’est adapté à la nouvelle donne sanitaire.

    Par Marc Roche

    Europe

    Les pubs anglais, victimes collatérales du coronavirus

  • L’assemblée générale sera très différente des précédentes
: l’essentiel des déclarations se fera par vidéo.

    Les 75 ans de l'ONU, c'est «le verre à moitié vide ou à moitié plein»

  • Dimanche, plusieurs dizaines de milliers de personnes vêtues de rouge et blanc se sont retrouvées à Minsk, rituel dominical depuis le début de la contestation contre la réélection le 9 août du président Alexandre Loukachenko.

    Par Benjamin Quenelle

    Europe

    Biélorussie: manifs à Minsk, plan B à Moscou

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous