Un conseiller de Donald Trump reconnaît une rencontre avec un officiel russe

© Reporters
© Reporters

Carter Page, ancien conseiller de Donald Trump pour la campagne présidentielle, a confié vendredi soir au New York Times avoir rencontré un membre du gouvernement russe lors d’une visite à Moscou en juillet 2016, rapporte CNN samedi. D’après la chaîne, Carter Page s’est entretenu avec le vice-premier ministre russe Arkady Dvorkovitc.

L’ancien conseiller du président américain évoque «un bonjour en passant» plutôt qu’une rencontre formelle.

Carter Page a échangé au moins un courriel avec un assistant de Donald Trump, dans lequel il fait part de «ses observations à la suite de ses conversations avec des membres du gouvernement et des dirigeants d’entreprise lors de son séjour à Moscou», précise le New York Times.

Des révélations qui contrastent avec ses propos

Toujours selon le quotidien new-yorkais, ajoute CNN, ce message aurait été lu à haute voix lors de l’audition de Carter Page devant la commission du Renseignement de la chambre des représentants.

Ces révélations contrastent avec les déclarations faites par M. Page dans les médias ces dernières semaines, selon lesquelles il n’avait rencontré que des universitaires et quelques hommes d’affaires «connus de longue date» lors de son passage en Russie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite