Fusillade à Las Vegas: le tireur était dépressif et avait perdu beaucoup d’argent

©Reuters
©Reuters

Stephen Paddock, l’homme qui a assassiné 58 personnes début octobre lors d’un festival de musique à Las Vegas avant de se suicider, souffrait de dépression après avoir perdu d’importantes sommes d’argent les deux dernières années, a indiqué le shérif de la ville Joe Lombardo lors d’une interview télévisée. Ces problèmes pourraient constituer «un facteur déterminant» dans sa décision de perpétrer l’attaque, ajoute-t-il.

Le dimanche 1er octobre, Stephen Paddock, comptable à la retraite, a tué 58 spectateurs d’un concert de musique country en plein air à Las Vegas, commettant la pire fusillade de l’histoire moderne des Etats-Unis. Plus de 500 personnes ont en outre été blessées. Le tireur s’est suicidé dans les minutes suivant le carnage et avait transporté un véritable arsenal dans sa chambre au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, d’où il a tiré sur la foule.

Le mobile n’a pas encore été clairement défini

L’homme de 64 ans était un joueur de poker et un investisseur immobilier. D’après le shérif, il avait perdu «une quantité importante de richesse», entraînant une dépression. La perte d’argent et donc un rapide déclin social pourraient «avoir eu un effet déterminant sur ce qu’il a fait», analyse Joe Lombardo.

Les enquêteurs n’ont pas encore déterminé avec exactitude le mobile de cette tuerie de masse.

Le lendemain de l’attaque, l’Etat islamique avait revendiqué la fusillade et qualifié Paddock de «soldat du califat». Le FBI avait toutefois rapidement écarté la piste djihadiste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Daunte Wright est mort dimanche des suites d’un coup de pistolet tiré à bout portant, dans l’abdomen, par une policière qui a confondu son taser et son arme de poing.

    Mort de Daunte Wright: une culture du maintien de l’ordre toujours sur la sellette

  • Bill Deutsch, propriétaire du café-bar Holy Spirit Espresso à Santa Fe, se réjouit du lent retour à la normalité.

    Par Daniel Friedrich Sturm (Die Welt)

    Lena

    Le Nouveau-Mexique vaccine plus vite que son ombre

  • Le président Joe Biden, flanqué de l’Attorney general Merrick Garland, lors de son exposé sur le contrôle ds armes à feu, jeudi à la Maison-Blanche.

    Etats-Unis: Joe Biden proclame de modestes mesures sur le contrôle des armes à feu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous