Fusillade à Las Vegas: le tireur était dépressif et avait perdu beaucoup d’argent

©Reuters
©Reuters

Stephen Paddock, l’homme qui a assassiné 58 personnes début octobre lors d’un festival de musique à Las Vegas avant de se suicider, souffrait de dépression après avoir perdu d’importantes sommes d’argent les deux dernières années, a indiqué le shérif de la ville Joe Lombardo lors d’une interview télévisée. Ces problèmes pourraient constituer «un facteur déterminant» dans sa décision de perpétrer l’attaque, ajoute-t-il.

Le dimanche 1er octobre, Stephen Paddock, comptable à la retraite, a tué 58 spectateurs d’un concert de musique country en plein air à Las Vegas, commettant la pire fusillade de l’histoire moderne des Etats-Unis. Plus de 500 personnes ont en outre été blessées. Le tireur s’est suicidé dans les minutes suivant le carnage et avait transporté un véritable arsenal dans sa chambre au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, d’où il a tiré sur la foule.

Le mobile n’a pas encore été clairement défini

L’homme de 64 ans était un joueur de poker et un investisseur immobilier. D’après le shérif, il avait perdu «une quantité importante de richesse», entraînant une dépression. La perte d’argent et donc un rapide déclin social pourraient «avoir eu un effet déterminant sur ce qu’il a fait», analyse Joe Lombardo.

Les enquêteurs n’ont pas encore déterminé avec exactitude le mobile de cette tuerie de masse.

Le lendemain de l’attaque, l’Etat islamique avait revendiqué la fusillade et qualifié Paddock de «soldat du califat». Le FBI avait toutefois rapidement écarté la piste djihadiste.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Fusillade à Las Vegas|Country|États-Unis|Las Vegas, Nevada
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce luni.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite