Fusillade à Las Vegas: le tireur était dépressif et avait perdu beaucoup d’argent

©Reuters
©Reuters

Stephen Paddock, l’homme qui a assassiné 58 personnes début octobre lors d’un festival de musique à Las Vegas avant de se suicider, souffrait de dépression après avoir perdu d’importantes sommes d’argent les deux dernières années, a indiqué le shérif de la ville Joe Lombardo lors d’une interview télévisée. Ces problèmes pourraient constituer «un facteur déterminant» dans sa décision de perpétrer l’attaque, ajoute-t-il.

Le dimanche 1er octobre, Stephen Paddock, comptable à la retraite, a tué 58 spectateurs d’un concert de musique country en plein air à Las Vegas, commettant la pire fusillade de l’histoire moderne des Etats-Unis. Plus de 500 personnes ont en outre été blessées. Le tireur s’est suicidé dans les minutes suivant le carnage et avait transporté un véritable arsenal dans sa chambre au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, d’où il a tiré sur la foule.

Le mobile n’a pas encore été clairement défini

L’homme de 64 ans était un joueur de poker et un investisseur immobilier. D’après le shérif, il avait perdu «une quantité importante de richesse», entraînant une dépression. La perte d’argent et donc un rapide déclin social pourraient «avoir eu un effet déterminant sur ce qu’il a fait», analyse Joe Lombardo.

Les enquêteurs n’ont pas encore déterminé avec exactitude le mobile de cette tuerie de masse.

Le lendemain de l’attaque, l’Etat islamique avait revendiqué la fusillade et qualifié Paddock de «soldat du califat». Le FBI avait toutefois rapidement écarté la piste djihadiste.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Depuis les premières livraisons en juin, les échos à propos de ce vélo au système d’assistance électrique intelligent se veulent presque dithyrambiques.

    La start-up Cowboy déjà à l’assaut de l’Europe

  2. 3.040 mineurs non accompagnés nigérians ont fait la traversée en 2016.

    En Belgique, la prostitution forcée des ados nigérianes

  3. Philippe Close a récolté 8.501 voix à la Ville de Bruxelles, mieux que Freddy Thielemans en 2012.

    Philippe Close: «Non, je n’ai pas reçu de coup de fil d’Elio Di Rupo pour prendre Défi»

Chroniques
  • Affaire Khashoggi: notre honte saoudienne

    Jusqu’à présent, quand le régime totalitaire saoudien escamotait un opposant, nul ne mouftait. Ni vu ni connu. Pschitt !

    Il est vrai que ces fétus de paille brûlés sur les bûchers de l’intolérance wahhabite ne chroniquaient pas dans le Washington Post.

    Il est vrai surtout que leur exécution au sabre n’était pas relatée par le menu sur tous les petits écrans du monde. On décapitait à huis clos. On décapait.

    Double accablement

    Ce qui a permis à l’affaire Khashoggi de prendre une telle ampleur, c’est l’aspect « grand-guignolesque » du drame dont les plus sadiques mais talentueux auteurs de romans noirs auraient pu écrire le scénario. La scène se passe dans les salons feutrés d’un consulat, au cœur d’Istanbul. La...

    Lire la suite

  • Affaire Khashoggi : et si les Belges passaient aux actes en Arabie Saoudite

    Faut-il geler les ventes d’armes à l’Arabie saoudite ? Oui. Faut-il arrêter de vendre des armes à l’Arabie saoudite ? Oui.

    Ces deux réponses étaient déjà évidentes avant l’assassinat de Jamal Khashoggi, au vu notamment des exactions au Yémen. Mais aujourd’hui, le régime de Mohamed Ben Salmane montre au monde le peu de cas qu’il fait des droits de l’homme et de la vie des êtres humains et de ses citoyens. Ce pays non seulement assassine ses détracteurs – même s’ils ont la parole et l’...

    Lire la suite