Fusillade à Las Vegas: le tireur était dépressif et avait perdu beaucoup d’argent

©Reuters
©Reuters

Stephen Paddock, l’homme qui a assassiné 58 personnes début octobre lors d’un festival de musique à Las Vegas avant de se suicider, souffrait de dépression après avoir perdu d’importantes sommes d’argent les deux dernières années, a indiqué le shérif de la ville Joe Lombardo lors d’une interview télévisée. Ces problèmes pourraient constituer «un facteur déterminant» dans sa décision de perpétrer l’attaque, ajoute-t-il.

Le dimanche 1er octobre, Stephen Paddock, comptable à la retraite, a tué 58 spectateurs d’un concert de musique country en plein air à Las Vegas, commettant la pire fusillade de l’histoire moderne des Etats-Unis. Plus de 500 personnes ont en outre été blessées. Le tireur s’est suicidé dans les minutes suivant le carnage et avait transporté un véritable arsenal dans sa chambre au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, d’où il a tiré sur la foule.

Le mobile n’a pas encore été clairement défini

L’homme de 64 ans était un joueur de poker et un investisseur immobilier. D’après le shérif, il avait perdu «une quantité importante de richesse», entraînant une dépression. La perte d’argent et donc un rapide déclin social pourraient «avoir eu un effet déterminant sur ce qu’il a fait», analyse Joe Lombardo.

Les enquêteurs n’ont pas encore déterminé avec exactitude le mobile de cette tuerie de masse.

Le lendemain de l’attaque, l’Etat islamique avait revendiqué la fusillade et qualifié Paddock de «soldat du califat». Le FBI avait toutefois rapidement écarté la piste djihadiste.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A Charleroi, le PS et le PTB, emmenés par Paul Magnette et Sofie Merckx, étaient en négociations jeudi après-midi. © Photo News.

    Cordon sanitaire: l’extrême droite et l’extrême gauche dans le même sac?

  2. Après 6 ans de mayorat, Françoise Schepmans quitte la tête d’une commune redressée financièrement.

    Françoise Schepmans: «Remettre de l’ordre à Molenbeek, ça ne fait pas plaisir à tout le monde»

  3. Malraux fut d’une fidélité exemplaire lors de la longue traversée du désert du général de Gaulle. Il en sera récompensé en étant nommé, en 1959, à la tête du tout premier ministère français des Affaires culturelles.

    Remaniement en France: André Malraux, l’exception culturelle

Chroniques
  • Eh non, tout le monde ne peut pas être prof

    P ourquoi le statut social du professeur est-il si bas en Belgique ? Parce que tout le monde est persuadé qu’il pourrait lui aussi faire le job. Tirer vers le haut le statut du professeur est fondamental. » Ce conseil était donné en juin dernier par Andreas Schleicher, l’homme qui, depuis la direction « Education et Compétences » de l’OCDE, chapeaute les fameuses enquêtes Pisa constatant tous les trois ans à quel point la qualité de l’enseignement francophone belge est très moyenne....

    Lire la suite