Fusillade à Las Vegas: le tireur était dépressif et avait perdu beaucoup d’argent

©Reuters
©Reuters

Stephen Paddock, l’homme qui a assassiné 58 personnes début octobre lors d’un festival de musique à Las Vegas avant de se suicider, souffrait de dépression après avoir perdu d’importantes sommes d’argent les deux dernières années, a indiqué le shérif de la ville Joe Lombardo lors d’une interview télévisée. Ces problèmes pourraient constituer «un facteur déterminant» dans sa décision de perpétrer l’attaque, ajoute-t-il.

Le dimanche 1er octobre, Stephen Paddock, comptable à la retraite, a tué 58 spectateurs d’un concert de musique country en plein air à Las Vegas, commettant la pire fusillade de l’histoire moderne des Etats-Unis. Plus de 500 personnes ont en outre été blessées. Le tireur s’est suicidé dans les minutes suivant le carnage et avait transporté un véritable arsenal dans sa chambre au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, d’où il a tiré sur la foule.

Le mobile n’a pas encore été clairement défini

L’homme de 64 ans était un joueur de poker et un investisseur immobilier. D’après le shérif, il avait perdu «une quantité importante de richesse», entraînant une dépression. La perte d’argent et donc un rapide déclin social pourraient «avoir eu un effet déterminant sur ce qu’il a fait», analyse Joe Lombardo.

Les enquêteurs n’ont pas encore déterminé avec exactitude le mobile de cette tuerie de masse.

Le lendemain de l’attaque, l’Etat islamique avait revendiqué la fusillade et qualifié Paddock de «soldat du califat». Le FBI avait toutefois rapidement écarté la piste djihadiste.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Certains font remarquer que Charles Michel a enjoint mercredi matin au vice-Premier Jan Jambon d’atténuer le propos de Francken, ce qui fut fait.

    Pacte migratoire: la N-VA met Michel en difficulté

  2. Avigdor Lieberman a mis à profit la dernière crise à Gaza pour tenter de se refaire une santé politique.

    Démission en Israël: Netanyahou se voit défier par plus radical que lui

  3. 500 millions de personnes utilisent TikTok.

    Les dérives de TikTok, l’appli préférée des ados

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Le siège de Gaza doit cesser au plus vite

    Un nouveau cycle de violence a commencé dimanche dans la bande de Gaza et aux alentours. Un enchaînement connu, un scénario déjà vu et entendu, une lancinante répétition d’événements funestes, prévisibles, prévus et pourtant rien n’y a fait, pas même de très sérieuses tractations ces dernières semaines en vue de consolider un cessez-le-feu… Au total, des bombardements, des morts, des blessés, une grande majorité côté palestinien comme toujours, des bâtiments détruits, des espoirs déçus.

    Même la...

    Lire la suite