Paradise Papers: la reine Elisabeth II investit aux Îles Caïmans

Paradise Papers: la reine Elisabeth II investit aux Îles Caïmans
EPA-EFE

Qui se cache derrière « Dover Street VI Cayman Fund LP » ou « Jubilee Absolute Return Fund » ? Entre autres la reine d’Angleterre Elisabeth II, celle-là même qui règne sur la Grande-Bretagne depuis 65 ans, depuis la mort en 1952 de son père, le roi George VI.

En 2005, le duché de Lancaster - qui représente le patrimoine et portefeuille personnel de la Reine - a investi 7,5 millions de dollars US dans Dover Street VI Cayman Fund LP, si l’on en croit les documents de la société Appleby, fournisseuse de services offshore. Le fonds a investi de manière profitable dans une société qui a développé les technologies de reconnaissance des empreintes digitales pour téléphones mobiles, et réalisé certains investissements dans d’autres sociétés high-tech et sociétés pharmaceutiques. A ses côtés, d’autres investisseurs identifiés sont des universités américaines et britanniques, une banque des Emirats Arabes Unis et certaines fondations de charité.

Du duché de Lancaster aux Îles Caïmans

En juin 2008, le portefeuille de la reine s’est enrichi de quelque 360.000 dollars en retour sur ces investissements. Ce fonds des Îles Caimans a également investi dans une société de capital-investissement qui contrôle BrightHouse, une société immobilière britannique de location-vente qui a été critiquée par les associations de consommateurs et par des membres du Parlement pour avoir vendu des biens immobiliers au désavantage des Britanniques : les plans d’amortissement engendraient un taux d’intérêt annuel qui pouvait atteindre 99,9 % ! De 2004 (au moins) à 2010, le duché a aussi investi dans un fonds établi aux Bermudes, le Jubilee Absolute Return Fund.

Les investissements offshore de la Reine n’ont pas été dévoilés dans les rapports annuels du duché, lequel n’est pas obligé de révéler les détails de la fortune personnelle de la reine. C’est d’ailleurs sur une base volontaire que la reine s’acquitte d’une taxe sur ses revenus.

Via The Guardian, le réseau ICIJ a interrogé la reine. « Le duché a un investissement en cours dans le fonds des Îles Caïmans », confirme une porte-parole de la Reine Elisabeth II, « et n’était pas au courant de l’investissement dans BrightHouse. La reine paye volontairement une taxe sur les revenus de son duché et de ses investissements. » La porte-parole confirme les investissements du duché dans deux autres fonds offshore. « La politique d’investissement du duché est basé sur des avis et recommandations de nos consultants en investissements, et plutôt selon une stratégie d’allocation d’actifs qu’une stratégie fiscale », affirme la porte-parole.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite